Le Conseil de Paris condamne la grande roue de la Concorde

Par @Culturebox
Mis à jour le 22/11/2017 à 17H46, publié le 22/11/2017 à 17H45
La grande roue de la place de la Concorde, non loin de l'Obélisque, à Paris, le 8 janvier 2017

La grande roue de la place de la Concorde, non loin de l'Obélisque, à Paris, le 8 janvier 2017

© Lionel Bonaventure / AFP

Cette fois, c'en est fini pour la célèbre grande roue installée place de la Concorde, à Paris : le Conseil de Paris a voté mercredi l'arrêt en 2018 de la célèbre attraction située au bas des Champs-Elysées, gérée par le "roi des forains" Marcel Campion.

Les élus parisiens ont voté - à la quasi unanimité - le non-renouvellement de la convention d'occupation du domaine public avec Fêtes et Loisirs, qui expire le 5 juillet 2018, pour cette grande roue inscrite pour la première fois en 1993 dans le paysage parisien.

Préserver le "caractère patrimonial exceptionnel" de la Concorde

La décision justifie du "caractère patrimonial exceptionnel" de la place de la Concorde et de la "perspective visuelle historique" entre Louvre et Arc de Triomphe, qu'elle veut "préserver et mettre en valeur".

Les élus, sur proposition Les Républicains et UDI-MoDem, se sont accordés sur le principe d'une grande attraction "du type grande roue ou autre" qui pourrait être installée ailleurs, a indiqué Bruno Julliard, premier adjoint de la maire de Paris Anne Hidalgo.

Une autre grande attraction pourrait voir le jour sur un autre site parisien

"Si nous allons vite", a-t-il ajouté, en engageant rapidement une concertation des élus et de l'État notamment, cette nouvelle attraction pourrait être sur pied pour les fêtes de fin 2018. "Et quiconque, et même Marcel Campion, pourra candidater", a-t-il assuré.

Au fil des ans, la grande roue avait commencé à faire l'objet de multiples critiques, tant sur le lieu de son installation que sur la personnalité controversée de son propriétaire.

La décision des élus mercredi suit de quelques mois un autre vote unanime, début juillet, pour arrêter le marché de Noël organisé depuis 2008 par Marcel Campion, une décision qui a déclenché la colère du monde forain qui a organisé il y a quelques semaines des opérations de blocage des accès à la capitale.