La Petite Camargue préservée et développée par l'Occitanie

Par Culturebox (avec AFP) @Culturebox

Publié le 19/07/2018 à 20H24
petite camargue © STEPHANE FRANCES / ONLY FRANCE

La région Occitanie a présenté jeudi un plan d'actions en faveur des traditions camarguaises, destiné à préserver le fragile territoire de la Petite Camargue et à stimuler son avenir sur le plan de l'environnement, de l'élevage, du tourisme, du sport et de la culture.

La Camargue a la spécificité de présenter "une interaction très forte et assez rare entre la nature, l'Homme et les animaux", a souligné la présidente PS de la région Occitanie Carole Delga, en annonçant que près de 30 millions d'euros seraient consacrés à ce plan d'ici la fin de son mandat.
 
"Nous avons la chance d'avoir ce patrimoine culturel que nous souhaitons préserver mais aussi développer", a souligné Carole Delga lors d'une conférence de presse.

Un plan quadripartite

Le plan, qui doit être voté vendredi, porte sur quatre axes : l'environnement et l'aménagement du territoire, avec notamment la lutte contre l'érosion du littoral ; l'élevage et l'agriculture ; les sports, la culture et le patrimoine ; et enfin l'économie et le tourisme. 
 
Parmi les mesures envisagées figurent l'accompagnement des éleveurs à une meilleure gestion sanitaire de leurs troupeaux - chevaux et taureaux qui sont pour partie élevés en liberté, l'accompagnement de l'AOP Taureau de Camargue et de son cahier des charges et la mise en place de garanties de bientraitance animale via une charte ou un label. Le plan prévoit également un soutien à la construction et la rénovation d'arènes, la création d'un réseau régional d'écoles taurines et la création d'un Brevet professionnel Jeunesse, Education Populaire et Sport (BJEPS) Course camarguaise.  
petite camargue © PASCAL LE DOARE / PHOTONONSTOP

 

Un écosystème unique

La Camargue, située à cheval sur deux régions - Provence-Alpes-Côte d'Azur (Bouches-du-Rhône) et Occitanie (Gard et Hérault)- est un écosystème unique disposant d'une riche biodiversité. Sur ce territoire, s'est développée à partir du XVIe siècle autour des activités agricoles une tradition de divertissement liée au jeux taurins.  
 
Ce plan "inscrit dans le marbre un territoire", s'est félicitée jeudi Magalie Saumade, manadière et présidente de l'AOP Taureau de Camargue, rappelant que "sur ce territoire difficile", marqué par les inondations, la sécheresse, le vent et le sel, "il faut des hommes et des femmes de courage pour rester".  
 
Les retombées économiques liées aux traditions camarguaises - élevage, courses camarguaises, abrivado, bandido... - et à ce territoire sont estimées à 26 millions par an, selon les chiffres fournis par la région Occitanie.