L'église de Féron sauvée par la vente de livres d'occasion

Par @Culturebox
Publié le 15/04/2018 à 10H29
A Féron, c'est la vente de livres et la ténacité des membres de l'APECF qui ont permis de sauver l'église.

A Féron, c'est la vente de livres et la ténacité des membres de l'APECF qui ont permis de sauver l'église.

© France 3 Culturebox

C'est la question qui taraude (entre autres) Stéphane Bern depuis quelques mois : comment financer la préservation et la restauration des monuments en danger ? A Féron dans le Nord, des retraités bénévoles ont trouvé la solution : ils revendent des livres d’occasion. Depuis près de 30 ans, les bénéfices ont permis de restaurer l’église fortifiée Saint-Martin, un monument classé du XVIIe siècle.

Ticket "loto-patrimoine", entrées payantes, mécènes..Pour sauver le patrimoine, toutes les idées sont bonnes à prendre. Celle des membres de l’APECF a le mérite d’avoir fait ses preuves. Créée en 1996, l’association Patrimoine Église Chapelle en Féronais organise deux fois par an une vente de livres géante avec parfois plus de 10.000 ouvrages proposés.

"Tous sont issus de dons, de particuliers ou de bibliothèques" explique Claude Lomptre, le président de l'association. Et il y a de tout : livres de poche, romans historiques, religieux, bandes dessinées, revues de médecine, de musique, de sport ou de cuisine, livres pour enfants... Le tout vendu de 1 à 5 euros. 

Grâce à ces ventes, l’association a réalisé durant toutes ces années 170.000 euros de bénéfices !

Reportage : F3 Nord Pas-de-Calais - A. Benbournane / B. Théry / I. Lefebvre

https://videos.francetv.fr/video/NI_1220169@Culture

Une église fortifiée construite en pierre bleue

L’argent récolté a permis de financer les travaux de l’église Saint-Martin, qui fait partie des trois églises fortifiées habitables de la Thiérache du Nord (avec celles de Fontaine aux Bois et de Neuville-en-Avesnois). Classé monument historique en février 1948, cet édifice du XVIIe siècle est entièrement construit en pierre bleue du Hainaut (Belgique), surnommée "le petit granit" pour son éclat et sa dureté.

L’église est dotée d’un clocher-donjon carré avec des meurtrières construit en 1614 et qui servait à protéger les habitants (à cette époque, Féron se situait à la frontière entre le royaume de France et les Pays-Bas, le village était donc fréquemment ravagé). Le clocher est flanqué au nord d’une tour ronde dans laquelle se trouve un escalier en colimaçon qui dessert les quatre étages habitables. 

De multiples travaux

Parmi les travaux réalisés, on peut citer entre autre la restauration de dix vitraux, les peintures intérieures, le calvaire situé dans le cimetière voisin, les lustres, la porte en chêne, l’horloge mais aussi d’autres petits édifices de ce village de 600 habitants, comme les chapelles et les oratoires dont 8 ont été complètement restaurés.