Journées du patrimoine : petit tour de France en images de sites à visiter

Mis à jour le 15/09/2018 à 22H59, publié le 15/09/2018 à 13H38
Le bureau du président François Mitterrand au Mobilier national

Le bureau du président François Mitterrand au Mobilier national

© IP3 PRESS/MAXPPP

Les trente-quatrièmes Journées du Patrimoine, européennes depuis 1991, proposent la visite de centaines de sites ordinairement fermés au public. Ils sont nombreux à Paris mais également dans les villes françaises de toute taille. Voici un petit choix de lieux plus ou moins cachés mais ouverts à la visite en ces 15 et 16 septembre 2018.

Le Mobilier national

A Paris, parmi les sites ouverts à la visite ce week-end, celui qui abrite le Mobilier national. L'édifice signé par le grand architecte du béton, Auguste Perret, date de 1935. Il se situe dans le 13e arrondissement, 1 rue Berbier-du-Mets. La visite, exceptionnelle, permet de pénétrer les réserves dans lesquelles sont stockées dans des conditions de température et d'hygrométrie surveillées, les pièces qui ont meublé les palais nationaux, à commencer par celui de l'Elysée

Reportage : A. Monteux / F. Mavic / G. Michel / A. Fajon / P. Maire / L. Calvi / A-C. Bequet


Le blockhaus de la Hume, sur le bassin d'Arcachon

L'Histoire de la seconde guerre mondiale, est largement représentée dans les sites à visiter ces 15 et 16 septembre. En Gironde, le blockhaus de la Hume était l'un des maillons de la chaîne de bunkers connue sous le nom de Mur de l'Atlantique et censée protéger l'Europe nazie de tout débarquement allié. Cet édifice en particulier revêtait un important intérêt stratégique.

Reportage : France 3 Aquitaine G. Decaix / P. Turpaud / C. Berge


Le Fort de la Drète, dans les Alpes-Maritimes

On remonte dans l'histoire avec la visite du Fort de la Drète qui protégeait Nice. S'il n'est pas très célèbre, sa situation est pourtant exceptionnelle. Le fort est en effet bâti sur un promontoire naturel qui embrasse toute la région à 360 degrés avec vue dégagée sur la mer. Il date de la fin du 19e siècle et a bénéficié d'une importante rénovation par son propriétaire, le département des Alpes-Maritimes.

Reportage : France 3 Côte d'Azur V. Varin / J. Bierlein / J. Juvigny


La chambre de Napoléon Bonaparte à Auxonne

Celle-ci, on est certain qu'il y a dormi. Les chambres attribuées à Napoléon Bonaparte en France sont en effet presque innombrables et leur occupation par l'Empereur ou celui qui allait le devenir, fût-ce une seule nuit, souvent sujette à caution. Pour découvrir la carrée du lieutenant Bonaparte, il faut se rendre à Auxonne, en Côte d'Or, au sein même 511e régiment du Train.

Reportage : France 3 Bourgogne A. Lefèvre / D. Rabeisen / P. Di Betta / L. Crotet-Beudet


Les souterrains brassicoles de Schiltigheim

Tout à côté de Strasbourg, Schiltigheim est la deuxième plus importante ville du Bas-Rhin, mais surtout la capitale alsacienne de la brasserie. Surnommée à juste titre "la cité des brasseurs", elle est bâtie sur un labyrinthe de galeries souterraines et de caves qui servaient de glacières aux producteurs de bière. On était alors au 19e siècle. Cet impressionnant réseau aujourd'hui désaffecté est exceptionnellement ouvert à la visite pour les Journées du Patrimoine 2018.

Reportage : France 3 Alsace S. Malal / T. Sitter / M. Perroud


Visite virtuelle du château-fort du Kagenfels, en Alsace

Et si l'on pensait à ceux qui ne peuvent pas sortir de chez eux (ou qui n'ont pas le courage d'affronter parfois les files d'attente devant les sites ouverts à la visite). On reste en Alsace, mais seulement virtuellement puisque la visite qui vient se fait en ligne. La ville d'Obernai, dans le Bas-Rhin, propose en effet sur son site une reconstitution en trois dimensions du château du Kagenfels, une forteresse que l'on peut arpenter comme si l'on était encore au 16e siècle.

Reportage : France 3 Alsace O. Barthélémy / P. Dezempte / C. Singer


La préfecture de la Haute-Vienne, à Limoges

Si vous décidez de visiter ce week-end les coulisses de la préfecture de la Haute-Vienne, à Limoges, ne vous attendez pas à arpenter des kilomètres de bureaux administratifs. Vous découvrirez un édifice bâti au debut du 20e siècle et qui abrite non seulement le domicile officiel du préfet (ou de la préfète) mais également les salons d'apparat. Une espèce de petit château qui n'a rien à envier aux hôtels particuliers parisiens abritant les ministères.

Reportage : France 3 Limousin E. Denanot / H. Simonet / P. Ruisseaux