Aurélie Filippetti annonce un projet de loi sur le patrimoine pour 2013

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 14/09/2012 à 14H50
Aurélie Filippetti souhaite élargir le droit du patrimoine à la protection des paysages

Aurélie Filippetti souhaite élargir le droit du patrimoine à la protection des paysages

© Odilon Dimier / AltoPress / PhotoAlto

Un projet de loi sur le patrimoine, notamment "sur les édifices protégés, l'archéologie, les archives et les musées" sera voté en 2013, a annoncé vendredi la ministre de la Culture, Aurélie Filippetti, lors du lancement des Journées européennes du patrimoine à Metz.

"J'ai demandé aux services du ministère de la Culture de préparer un projet de loi sur le patrimoine que je souhaite soumettre à la concertation interministérielle en 2013", a indiqué la ministre en marge de la visite d'une tour de la cathédrale de Metz, en évoquant "l'exigence d'une vision d'ensemble du droit du patrimoine".

https://videos.francetv.fr/video/NI_132565@Culture

Au cours d'un discours de lancement des Journées européennes du patrimoine, la ministre a défendu "un secteur qui représente 100.000 emplois et 5 milliards d'euros de retombées économiques". Elle a toutefois déploré un "affaiblissement" de la protection juridique de notre patrimoine", et s'est dite préoccupée par l'absence de "véritable conséquence dans le droit" d'une inscription d'un site au patrimoine de l'Unesco.

Les paysages au patrimoine

"La loi faisant disparaître d'ici à 2015 tout protection patrimoniale dans les communes qui n'auront pas eu la possibilité de créer des aires de valorisation du patrimoine est très discutable", a-t-elle observé. La ministre a par ailleurs estimé "nécessaire d'actualiser le droit du patrimoine en fonction des évolutions récentes que ce secteur a connues", en
citant la protection des paysages et "les questions si actuelles de l'étalement urbain non maîtrisé dans les périphéries urbaines". Il faut arrêter le mitage de notre paysage au nom de la compétitivité économique qui provoque, en fait, une baisse de notre attractivité. Il faut ainsi travailler sur nos centres de villes", a insisté la ministre.

Aurélie Filippetti s'est enfin dite favorable "au retour au seuil initial de l'architecte obligatoire." "Il faut démocratiser le recours à l'architecte, arrêter avec le mythe de l'architecte trop cher", a-t-elle justifié.