Islam: Hollande pourfend "l'insondable bêtise" des destructeurs de patrimoine

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 18/09/2012 à 12H05
Le président de la République François Hollande a inauguré le nouveau département dédié aux arts de l'Islam du Louvre

Le président de la République François Hollande a inauguré le nouveau département dédié aux arts de l'Islam du Louvre

© Pierre Verdy / AFP

Le président François Hollande a dénoncé "l'insondable bêtise" des destructeurs de patrimoine, y voyant "une agression à l'égard de toutes les civilisations".

https://videos.francetv.fr/video/NI_132683@Culture

François Hollande a déclaré lors de l'inauguration mardi du nouveau département des arts de l'Islam au Louvre, "Partout dans le monde - car c'est une agression à l'égard de toutes les  civilisations - quand le patrimoine est saccagé, nous serons là pour lutter contre les groupes qui sont mus par l'insondable bêtise qui rend toutes les civilisations vulnérables", a lancé le chef de l'Etat.

Il a cité la destruction des mausolées de Tombouctou, qui étaient une  "véritable richesse de l'humanité tout entière". "L'honneur des civilisations islamiques est d'être plus anciennes, plus  vivantes, plus tolérantes que certains de ceux qui prétendent abusivement aujourd'hui parler en leur nom", a-t-il dit. "Il est l'exact contraire de l'obscurantisme qui anéantit les principes et détruit les valeurs de l'islam, apportant la violence et la haine".

Les islamistes occupant Tombouctou, dans le nord-ouest du Mali, y ont détruit l'été dernier des mausolées de saints musulmans situés dans l'enceinte de la plus grande mosquée de la ville, classée patrimoine mondial en péril.

Visite présidentielle dans le nouveau département du Louvre dédié à l'Islam

Le chef de l'Etat, avec à son côté sa compagne Valérie Trierweiler, a  ensuite visité le nouveau département, en compagnie de la ministre de la Culture Aurélie Filippetti et du président-directeur du musée Henri Loyrette. Il avait été précédé dimanche par l'ancien président Jacques Chirac, venu admirer la réalisation de ce projet qu'il avait lancé en 2001.

François Hollande a salué ce "dernier épisode de la bataille" du Grand Louvre "lancée il y a plus de 30 ans par François Mitterrand", ainsi que "l'audace, l'obstination de tous les ministres de la Culture successifs", qui s'y sont  attelés. Plusieurs d'entre eux étaient présents: Jack Lang, Renaud Donnedieu de Vabres, Christine Albanel et Jean-Jacques Aillagon.

Ce projet, "d'un coût de 100 millions d'euros, a été la plus vaste  opération de mécénat jamais entreprise au Louvre", a-t-il souligné, assurant que "le mécenat continuera à être stimulé et encouragé, car c'est une chance pour notre pays". Il a cité le roi du Maroc, l'émir du Koweit, le sultan d'Oman, le président  d'Azerbaïdjan, ainsi que le prince Al-Walid d'Arabie saoudite.

Le département réunit quelque 3.000 objets dans un écrin de béton noir surmonté d'une verrière, près de la Seine.