Inde : à la découverte du patrimoine Art déco de Mumbai

Par @Culturebox
Mis à jour le 30/11/2017 à 09H53, publié le 30/11/2017 à 09H44
Un immeuble Art déco de Marine Drive à Mumbai

Un immeuble Art déco de Marine Drive à Mumbai

© Punit Paranjpe / AFP

Le long du front de mer s'alignent des bâtiments aux tons pastels, aux angles arrondis, aux balcons en ferronnerie et à l'ornementation exotique. Vous êtes à Mumbai, dont le patrimoine recèle des centaines de monuments Art déco qu'un groupe de passionnés entend défendre et préserver.

Quand on évoque la capitale économique indienne, on pense d'abord à ses édifices gothiques légués par la Grande-Bretagne victorienne. Pourtant, Mumbai a une quantité de monuments Art déco, cette tendance architecturale qui a fait fureur aux États-Unis et en Europe dans les années 1920-1930.
 
Des passionnés réunis au sein du projet Art Deco Mumbai veulent désormais valoriser cet héritage. Ils se sont lancés dans un recensement de ces bâtiments afin de sensibiliser la population à cette richesse et assurer sa préservation.
 
"Bombay a l'une des plus grandes collections de bâtiments Art déco au monde. C'est un héritage incroyable", explique à l'AFP Atul Kumar, à l'origine du collectif.
Un bâtiment Art déco à Mumbai

Un bâtiment Art déco à Mumbai

© Punit Paranjpe / AFP


Un immeuble jaune qui ressemble à un navire

Sur la promenade de Marine Drive, les palmiers se balancent doucement. À un coin de rue est planté le Soona Mahal, immeuble jaune décoré de lignes oranges et surmonté d'une tourelle. "C'est un bâtiment iconique qui ressemble à un navire se frayant un chemin dans les vagues", décrit avec fierté Mehernosh Sidhwa, 70 ans. Ce lieu a été construit par son grand-père, et sa famille l'habite depuis trois générations.
 
Un peu plus loin, autour du grand parc Oval Maidan, des édifices de cinq étages portent cette patte Art déco si reconnaissable : frontons, escaliers en spirale, sols de marbre... Quelques minutes de marche encore et on arrive aux célèbres cinémas Eros et Regal.
 
Ces quartiers forment le coeur du Bombay Art déco, que ses défenseurs rêvent de voir inscrit par l'Unesco au patrimoine mondial de l'humanité.

La version Mumbai de l'Art déco

"Il y a une fusion intéressante d'Art déco européen classique et sa version Mumbai", s'enthousiasme Atul Kumar. "Vous avez des ziggourats (édifices religieux mésopotamiens à terrasses, ndlr), des balcons arrondis en forme de locomotive, des images tropicales, du mouvement, des lignes de fuite et des motifs égyptiens aussi bien que des motifs indiens."
 
Ces édifices ont été construits entre le début des années 1930 et le début des années 1950, crépuscule de la période coloniale britannique, par de riches Indiens. Ces derniers ont envoyé leurs architectes en Europe pour étudier le style Art déco et en revenir avec des idées modernes permettant de se différencier des canons des bâtiments coloniaux.
 
S'ils pâtissent de l'ombre des imposantes constructions britanniques, comme la grande gare, la Haute Cour et le principal musée de la ville, les édifices Art déco de Bombay possèdent "un style coloré, vibrant, libre, sophistiqué qui traduisait les aspirations d'une nouvelle classe", dit Atul Kumar.

Un message à travers l'architecture

Les ériger à l'époque où "l'Inde était dirigée par un régime colonial oppressif" fut "une manière unique d'envoyer un message à travers l'architecture", estime-t-il.
 
Les volontaires d'Art Deco Mumbai ont déjà recensé 136 bâtiments et estiment que la ville en compterait au total entre 200 et 300. Ils publient cet inventaire sur leur site internet et en diffusent les photos sur Twitter et Instagram.
 
Pourtant, la spéculation immobilière dans la mégapole, qui a les loyers les plus chers d'Inde, menace ce patrimoine. Au cours des ans, des bâtiments Art déco ont été détruits ou altérés. Les développeurs immobiliers sont en mesure d'offrir des sommes alléchantes pour les remplacer par de luxueuses tours d'habitation.
 
"Notre objectif ultime est de conserver cette superbe collection. Plus nous parlons aux gens, plus ils en sont fiers et cela les amène à vouloir la préserver", conclut le passionné Atul Kumar.