Suivez l'hologramme de Marguerite d’Autriche au monastère royal de Brou

Mis à jour le 27/07/2018 à 12H35, publié le 27/07/2018 à 12H23
Un guide d'exception pour la visite des appartements de Marguerite d'Autriche : un hologramme de la duchese elle même !

Un guide d'exception pour la visite des appartements de Marguerite d'Autriche : un hologramme de la duchese elle même !

© France 3 / Culturebox

Au monastère royal de Brou à Bourg-en-Bresse, la présence de Marguerite d’Autriche est partout. Aujourd’hui, plus que jamais. Depuis le début de l’été, vous pouvez croiser la duchesse ou plutôt son hologramme dans ses appartements. Une visite originale qui vous permettra de découvrir un lieu unique et une magnifique exposition temporaire consacrée aux peintres primitifs flamands.

Reportage : F. Grassaud / L. Crozat / F. Bernès

https://videos.francetv.fr/video/NI_1270941@Culture

Un amour pour l'éternité

Le monastère royal de Brou dans l’Ain est souvent comparé au Taj Mahal indien, lui aussi construit en mémoire d’un être aimé. En 1504, Philibert II duc de Savoie meurt des suites d’un accident de chasse. Un drame absolu pour Marguerite d’Autriche déjà veuve (de Jean d’Aragon) et profondément éprise de son époux. Leur union n’aura duré que trois ans, mais la jeune duchesse (elle a alors 24 ans) souhaite inscrire cet amour dans l’éternité. Elle entreprend donc en 1506 l’édification d’un monument à la mémoire de Philibert le Beau et dans lequel leurs tombeaux demeureraient côte à côte par-delà la mort.
Le monastère royal de Brou, chef-d'oeuvre du Gothique flamboyant.

Le monastère royal de Brou, chef-d'oeuvre du Gothique flamboyant.

© France 3 / Culturebox
Les travaux dureront jusqu’en 1532. Morte en 1530, Marguerite n’en verra jamais la splendeur achevée. Le clocher surmonté de tuiles vernissées, les tombeaux et les retables ainsi que la statuaire en font un joyau du style gothique flamboyant. Les appartements qu’aurait dû occuper la princesse Habsbourg sont désormais ouverts au public. Et en guise de guide, la duchesse elle-même ou plutôt, son hologramme qui raconte l’histoire de ce lieu magique et la relation qu’elle entretenait à la fois avec son défunt époux mais aussi avec le monde des arts.
Une très belle exposition sur les peintres primitifs flamands actuellement au monastère royal de Brou.

Une très belle exposition sur les peintres primitifs flamands actuellement au monastère royal de Brou.

© France 3 / Culturebox

Mécène accomplie

Fiancée à trois reprises, mariée deux fois, Marguerite d’Autriche a été pour son père Maximilien 1er, une monnaie d’échange sur l’échiquier politique de l’époque. Une situation parfois humiliante, souvent tragique mais qui lui a permis d’acquérir une grande fortune personnelle qu’elle a mise au service de la culture. Mécène accomplie, la duchesse de Savoie s’est par ailleurs constitué une collection d’art exceptionnelle dans laquelle figurent en bonne place les peintres primitifs flamands. Des peintres à l’honneur cet été au monastère royal. Une magnifique exposition leur est en effet consacrée. De Jan Van Eyck à Bernard Van Orley en passant par Jérôme Bosch : un siècle de peinture flamande y est retracée. A découvrir jusqu’au 26 août.