Les splendeurs de la Rome antique en réalité virtuelle

Par Culturebox (avec AFP) @Culturebox
Mis à jour le 21/11/2018 à 19H44, publié le 21/11/2018 à 19H18
Une vue de la Rome antique virtuelle "Rome Reborn" ("Renaissance de Rome")

Une vue de la Rome antique virtuelle "Rome Reborn" ("Renaissance de Rome")

© HANDOUT / ROME REBORN VIRTUAL REALITY PROJECT / FLYOVER ZONE PRODUCTIONS / AFP

Le projet vieux de plusieurs décennies permettant à qui que ce soit dans le monde de se plonger en immersion dans les splendeurs de la Rome antique vient d’aboutir mercredi 21 novembre, grâce à la technologie numérique. A l'aide de lunettes de réalité virtuelle ou d'un simple ordinateur, le spectateur a ainsi accès plus de 7.000 bâtiments et monuments sur 14 km2 tels qu'ils étaient en l'an 320.

"Rome Reborn" ("Renaissance de Rome") n'est pas le premier projet qui permet de retourner dans la Rome impériale, mais jusqu'à présent, ceux qui souhaitaient explorer la Domus Aurea de Néron ou les thermes de Caracalla devaient se rendre sur place pour enfiler des lunettes à réalité virtuelle.

22 ans d’efforts

"L'idée m'est venue en 1974. J'étais déterminé à trouver un moyen de donner à voir ces monuments merveilleux au monde entier, mais la technologie n'existait pas encore", a expliqué à l'AFP le directeur du projet, Bernard Frischer, archéologue numérique de 69 ans.

"Nous avons dû réviser le modèle trois fois au fur et à mesure que la technologie progressait, mais après 22 ans et 3 millions de dollars (2,6 millions d'euros), nous y sommes enfin", s'est-il réjoui.
La Rome antique en réalité virtuelle "Rome Reborn" ("Renaissance de Rome")

La Rome antique en réalité virtuelle "Rome Reborn" ("Renaissance de Rome")

© HANDOUT / ROME REBORN VIRTUAL REALITY PROJECT / FLYOVER ZONE PRODUCTIONS / AFP
Pour l'instant, le visiteur peut survoler la Rome de l'an 320 et explorer deux sites : le forum, cœur de la Rome antique, et la basilique voisine de Maxence et Constantin. Sur ces deux sites conçus en collaboration avec une équipe d'archéologues, il est possible d'alterner entre les monuments tels qu'ils étaient à l'époque et des vues des ruines actuelles.

Les évolutions futures

"Nous avons choisi l'an 320 parce que nous avons un maximum d'informations sur cette période", juste avant que la capitale de l'empire ne soit transférée à Constantinople, a expliqué M. Frischer.

"D'ici deux à trois ans, nous allons ajouter d'autres sites comme le Colisée et le Panthéon", deux monuments emblématiques de la Ville éternelle, a-t-il ajouté. A terme, l'objectif est de permettre aux utilisateurs munis de lunettes à réalité virtuelle de s'entraîner avec les gladiateurs dans le Colisée ou de se défier dans une course de chars sur le Cirque maxime.

Flyover Zone, la société derrière le projet, entend aussi ressusciter Athènes au temps de Socrate et Jérusalem au temps de Jésus.