14-18 : 600 000 figurines en hommage aux victimes de la bataille d'Ypres

Par @Culturebox
Mis à jour le 08/04/2018 à 10H29, publié le 03/04/2018 à 19H05
L'artiste Koen Vanmechelen devant son oeuvre à Palingbeek

L'artiste Koen Vanmechelen devant son oeuvre à Palingbeek

© KURT DESPLENTER / BELGA / AFP

A l'occasion des commémorations de la guerre 14-18, le domaine de Palingbeek en Belgique a invité le plasticien Koen Vanmechelen à réaliser une œuvre monumentale. 600 000 figurines en terre cuite entourent un œuf sur ce territoire qui a vu mourir plus de 600 000 soldats lors de la bataille d'Ypres. Des milliers de volontaires venus du monde entier ont participé à l'ouvrage.

Du très grand pour ne pas oublier l'horreur : 600.000 statuettes jonchent désormais le sol du domaine provincial de Palingbeek (Belgique), elles rappellent les 600.000 morts en Belgique lors de la première guerre mondiale. Mené par l'artiste belge Koen Vanmechelen, le projet de land art intitulé ComingWorldRememberMe est accessible au public jusqu'au 11 novembre 2018 au sud d'Ypres.

Reportage : A. Hanquet / J. Crinon / C. Dumain / R. Maucort

https://videos.francetv.fr/video/NI_1213781@Culture

Du no man's land au land art

Ils sont Français, Belges, Britanniques, Allemands ou Canadiens, soldats ou civils, ils ont perdu la vie dans l'horreur de la première guerre mondiale. 100 ans après, 600.000 statuettes installées sur cette terre des Flandres sont associées aux 600.000 noms des victimes et rappellent l'absurdité de la guerre.

J'ai le souffle coupé, on sait qu'il y a eu 600 000 morts ici, mais les voir en vrai comme ça, c'est vraiment choquant

L'oeuf géant de Koen Vanmechelen

L'oeuf géant de Koen Vanmechelen

© Coming World Remember
L'impressionnante installation de land art recouvre le no man's land. La déambulation s'étend sur trois hectares, dont une grande partie est occupée par les statuettes en argile, ainsi que par de grandes œuvres d'artistes flamands, dont l'oeuf géant de Koen Vanmechelen.

J'aime l'idée de faire quelque chose de beau d'une tragédie

Une visiteuse

Laisser libre-court à l'imagination

Durant quatre ans, les bénévoles du monde entier ont réalisé ces figurines qui représentent un homme replié sur lui-même. Une posture qui symbolise la peur des bombes et le retour à l'état fœtal. Chaque "sculpteur amateur" a pu apporter sa propre touche afin de donner une personnalité à son œuvre.

statuette argile Ypres © France 3 / Culturebox

Cette œuvre monumentale sera démantelée le 11 novembre prochain et les statuettes offertes aux bénévoles.