"Devant Verdun" : Jacques Grison photographie la terrible absence des Poilus

Mis à jour le 09/11/2018 à 19H44, publié le 09/11/2018 à 17H24
Trois photos de Jacques Grison "Devant Verdun"

Trois photos de Jacques Grison "Devant Verdun"

© France 3 Culturebox Capture d'écran

Né à Verdun et petit fils d'un combattant de la Grande Guerre, Jacques Grison est photographe. Il arpente les champs de batailles de sa région, et principalement celui de Verdun. Il en rapporte d'émouvantes images d'où les poilus sont absents mais où leur trace est omniprésente. Ses photos sont exposées à Perpignan jusqu'au 23 décembre sous le titre "Devant Verdun".

Le champ de bataille de Verdun est aujourd'hui l'espace d'exploration du photographe Jacques Grison. Petit-fils d'un de ceux qui sont venus y combattre, lui-même né à Verdun, l'Histoire du lieu fait partie de sa vie. En un siècle, la nature y a repris ses droits. Les plantes ont poussé, les arbres ont regagné de la hauteur, mais la terre reste meurtrie et elle est aujourd'hui percluse de trous d'obus. Dans une ambiance à nouveau habitée par le chant des oiseaux, on continue de dégager ce qui reste des corps des jeunes gens tués-là.

Des objets, des armes, vêtements, chaussures, ustensiles de cuisine réapparaissent aussi, rongés par le temps, déformés par la rouille ou gainés de bois, digérés par le temps et la végétation. Jacques Grison y traque les traces des soldats de 14-18 qui hantent ses images par leur absence. Ce sont ces photos qu'expose le Couvent de Minimes de Perpignan jusqu'au 23 décembre 2018 sous le titre "Devant Verdun".

Reportage : France 3 Pays Catalan A. Cheron / J. Puakavase / J. Olivier
A force de traquer les traces du passé, Jacques Grison a développé une intimité particulière avec ces lieux chargés de drame et de souffrances. Il peut même lui arriver d'y déceler des signes, comme lorsque le jeu des ombres et de la lumière a ordonné devant lui une série de bandes noires et rouges alternées...

Quand j'ai vu ces bandes se dessiner, j'ai senti quelque chose. Certains peuvent s'inquiéter pour ma santé mentale et mes hallucinations, mais il n'empêche que quelques années plus tard, il y a vingt-six corps qui ont été retrouvés à cet endroit là.

Jacques Grison, photographe
La photo évoquée par Jacques Grison

La photo évoquée par Jacques Grison

© France 3 Culturebox Capture d'écran

Une chaussure à moitié dévorée par le temps, une pelle rouillée, une baïonnette fichée depuis cent ans dans la ferrure d'une porte, chaque photo de Jacques Grison est un portrait, celui d'un absent, venu combattre à Verdun et bien souvent y perdre la vie. Entre le 21 février et le 18 décembre 1916, 700 000 hommes, français et allemands, y sont morts, y ont été blessés ou portés disparus.