14/18 : Loin du front, la vie à Lyon durant le conflit racontée en six BD

Mis à jour le 18/11/2018 à 16H44, publié le 18/11/2018 à 12H38
Le coffret "Lyon 14-18, la vie à l'arrière" édité par l'Epicerie séquentielle, comprend 6 récits en BD de la vie à Lyon durant le conflit

Le coffret "Lyon 14-18, la vie à l'arrière" édité par l'Epicerie séquentielle, comprend 6 récits en BD de la vie à Lyon durant le conflit

© DR

Six récits édités sous forme de journaux en grand format qui nous plongent à Lyon pendant la Première Guerre mondiale. L’œuvre d’un collectif de dessinateurs lyonnais qui sont allés puiser dans l’exceptionnel fonds d’archives de guerre créé en plein conflit par le maire de la ville Edouard Herriot. Des archives oubliées pendant 80 ans.

Et c’est l’une de ces six histoires présentées dans ce coffret baptisé "Lyon 14-18, la vie à l’arrière". L’histoire incroyable des archives de guerre de la Bibliothèque Municipale de Lyon. Un des fonds les plus importants constitué à l’initiative du maire de l’époque et étonnamment oublié pendant des décennies.

Reportage : E. Phily / S. Adam / A. Jourdan / I. Murat

Des fac-similés de documents et de photos provenant de ce fonds mais aussi des collections des archives municipales et des musées Gadagne accompagnent les journaux. Le tout est présenté dans une enveloppe kraft à fermeture japonaise disponible en librairie et sur le site de l’Epicerie séquentielle, une association d’auteurs de bande dessinée lyonnaise qui édite depuis 2015 le journal "Les Rues de Lyon" proposant chaque mois une histoire lyonnaise, racontée et dessinée par des auteurs du cru.
Lyon 14-18, la vie à l'arrière 2 © DR

Guignol, les Lyonnaises et les "gueules cassées"

Parmi les récits proposés, celui du rôle de Lyon dans l’accueil des soldats blessés au front. Dès 1914, la ville, épargnée par les combats, se transforme en un vaste hôpital à ciel ouvert et mettra tout en œuvre pour les accueillir et les soigner.

Du monde qu’il faut nourrir. C’est le thème d’un des autres récits. Que mangeait-on à Lyon en ces temps de pénurie et comment la ville s’est organisée pour ne pas laisser ses habitants mourir de faim, alors que les hommes avaient quitté les champs pour partir au front.

Et justement, dans les champs, dans les usines, les femmes sont mobilisées pour remplacer les hommes et beaucoup se retrouvent à des postes qui leur étaient jusqu’alors interdits. Des Lyonnaises qui pour beaucoup ont cru un instant à leur émancipation, et à l’obtention du droit de vote.

Et puis il y a Guignol, figure lyonnaise incontournable, et les nombreux rôles qu’il a joués pendant le conflit, à Lyon comme sur le front. Ce récit nous éclaire sur la façon de s’informer et de s’exprimer à Lyon durant la guerre, entre satire, propagande et censure.
"Guignol, une marionette ?" scénario et dessin de Mathieu Rebière.

"Guignol, une marionette ?" scénario et dessin de Mathieu Rebière.

© Épicerie séquentielle

Les auteurs :

"A la recherche du fonds perdu" : Scénario de Mathieu Rebière et dessins de Grégoire Berquin
"Guignol, une marionnette ?" : Scénario et dessins de Mathieu Rebière
"Des privations oui, mais la famine sûrement pas !" : Scénario d'Olivier Jouvray et dessin de Ben Reiss
"L’Athéna de Tony Garnier" : Scénario et dessin de Christophe Fournier
"Les femmes en guerre" : Scénario d'Olivier Jouvray, dessin de Jérôme Jouvray, couleurs d'Anne-Claire Thibaut-Jouvray
"Lyon, ville-hôpital" : Scénario de Jean-Philippe Travard et dessins de Charlotte Rousselle
Lyon 14-18, la vie à l'arrière 4 © DR / Épicerie séquentielle
 
"Lyon 14-18, la vie à l’arrière" s'inscrit dans le cadre du projet "Lyon, centenaire de la paix" mené par la ville avec le but de promouvoir l'art contre l'oubli.