Appel aux dons d'archives personnelles pour la collecte de la Grande Guerre

Mis à jour le 09/11/2018 à 15H38, publié le 05/11/2018 à 17H15
Appel au don d'archives personnelles pour la grande collecte

Appel au don d'archives personnelles pour la grande collecte

© France 3 Culturebox - capture d'écran

Vous avez peut-être dans vos tiroirs des cartes postales ou une photo d'un aïeul en uniforme : des souvenirs de famille, un patrimoine héréditaire. Ces documents intéressent les archives de France. Elles lancent une grande collecte à l'occasion du centenaire de la fin de la Première Guerre mondiale pour raconter la vie des Poilus, de l'intérieur.

Ce sont les petites histoires qui font la grande Histoire. Les archives de France, la Mission du centenaire de la Première Guerre mondiale et la Bibliothèque nationale de France en sont convaincues. Les trois institutions organisent une grande collecte de documents personnels et familiaux pour enrichir la connaissance sur le quotidien des Poilus pendant les quatre années de la Grande Guerre. Un conflit qui a coûté la vie à 1,4 million de Français. Reportage dans les coulisses de cette vaste opération.

Reportage : France 3, F. Mathieux / F. Blevis / L. Harper / P. Aziza / L. Poinsatte.
La grande collecte des archives nationales pour le centenaire de la Première Guerre mondiale

Des documents qui offrent un autre regard sur l'Histoire

L'Histoire n’est pas réservée au travail de quelques historiens mais elle est la propriété de tout le monde. Donc, quand on a la chance de pouvoir transmettre quelque chose, on peut en être fier.

Hubert de La Rivière
petit-fils de Poilu


Répondant à l'appel, Dominique Courtier a fait don de la correspondance de son grand-père infirmier. Hubert de La Rivière a, lui, légué aux archives de France le carnet de son grand-père, qui retrace, en dessins, le parcours du soldat de la Somme à la Meuse. 

Dessin de Jean de La Rivière légué aux archives nationales 

Dessin de Jean de La Rivière légué aux archives nationales 

© France 3 Culturebox - capture d'écran

Une troisième vague de collecte

L'opération a déjà été menée en novembre 2013 et novembre 2014, à l'occasion de l'anniversaire du début du conflit. A ce jour, plus de 20 000 personnes ont déposé des archives dans les points de collecte. "Lettres aux parents, à la fiancée ou à l’épouse, carnets intimes, croquis et dessins, diplômes, médailles, objets insolites fabriqués dans les tranchées, au total 1 600 fonds d’archives ont été déposés ou donnés, et quelque 325 000 documents numérisés". 

Parmi eux, figurent 700 testaments de Poilus dont celui d'un aviateur célèbre : Roland Garros.

Si je tombe sur le champ de bataille, je désire être enterré sur place. Je ne veux pas de fleurs, pas de couronnes, surtout aucun discours. Je ne veux pas que ma mère, ni ma sœur, ni mon amie, ni mon père viennent voir ma dépouille.

Roland Garros
lieutenant-pilote, mort pour la France le 5 octobre 1918

Les documents ainsi obtenus seront stockés à Pierrefitte-sur-Seine en Seine-Saint-Denis. Les moins fragiles seront numérisés et disponibles en ligne sur le site de la Grande collecte.
Le lieutenant pilote Roland Garros, mort pour la France le 5 octobre 1918

Le lieutenant pilote Roland Garros, mort pour la France le 5 octobre 1918

© France 3 Culturebox - capture d'écran