Deux siècles de souvenirs d'écoliers au musée de l'Education de Rouen

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 21/01/2015 à 17H51
Reconstitution d'une classe des années 1880/1890, Musée National de l'Education

Reconstitution d'une classe des années 1880/1890, Musée National de l'Education

© MEHDI FEDOUACH / AFP

Le musée de l'Education, situé à Rouen, ouvre régulièrement ses réserves pour permettre au grand public de découvrir les trésors de nostalgie qu'elles renferment. Cette fois, le mobilier était livré à la curiosité émue des visiteurs de tous âges qui ont pu retrouver des émotions parfois anciennes de plusieurs décennies.

Au delà de l'émotion et de la nostalgie de retrouver des tables, bureaux, chaises, porte-manteaux ou tableaux que l'on croyait à jamais disparu, il y a le témoignage de l'évolution de la conception des meubles.

Peu à peu, on voit que les médecins, les ergonomes (mais les appelait-on déjà ainsi ?) et le bon sens sont passés par là. Les bancs en bois sans dossier ont laissé la place à des sièges plus sûrs et mieux adaptés. Mais il aura fallu bien des années et des générations pour aboutir à du matériel qui épouse au mieux la morphologie enfantine. La preuve ? Certains sièges de bois apparaissent déformés, pâtinés par les générations d'écoliers qui y ont usé leurs culottes plus ou moins courtes selon les périodes. Tout comme ils ont longtemps accroché leurs tabliers aux porte-manteaux, ont pendant des décennies trempé leur porte-plume dans les encriers de porcelaine sur le coin droit, en haut du bureau (rien n'avait été pensé pour les gauchers). 

Reportage : F. Bollez / J. Bègue / S. Letournel

https://videos.francetv.fr/video/NI_154899@Culture

Les craies, les compas, les plumes Sergent-Major, l'odeur du grésil utilisé dans les classes pour la désinfection annuelle... tout revient en tête à la visite de ce musée. Et pour chaque visiteur sans doute quelques questions plus personnelles, des évocations de visages perdus dans le cours du temps, des visages d'enfants, de copains et de copines dont on se demande ce qu'ils ont bien pu devenir. Nul doute que la suite de la visite se passe sur Internet, sur les sites de retrouvailles, avec quelques messages glissés dans des bouteilles virtuelles jetées au petit bonheur dans l'océan numérique.

Centre d'exposition du Musée national de l'Education
Maison des Quatre Fils Aymon
185, rue Eau-de-Robec
76000 Rouen