Dany Boon appelé à faire un "ch’ti geste" pour le beffroi de Bergues

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 16/10/2015 à 17H46
Le beffroi de Bergues, un chef-d'oeuvre en péril.

Le beffroi de Bergues, un chef-d'oeuvre en péril.

© France 3

Le beffroi de Bergues immortalisé dans « Bienvenue chez les ch’tis » est en danger. Le monument nordiste inscrit depuis 2005 au patrimoine mondial de l’UNESCO a subi les outrages du temps. 600 000 euros sont nécessaires à sa rénovation. La mairie de Bergues appelle Dany Boon à la rescousse pour tenter de récolter les fonds.

Reportage : Y.Fossurier / D.Dumont / V.Dusausoy

https://videos.francetv.fr/video/NI_528120@Culture

Rappelez-vous en 2008, dans le film aux 20 millions d'entrées "Bienvenue chez les Ch’tis", le postier incarné par Dany Boon est à ses heures perdues un carillonneur hors pair. Et c’est ici dans le beffroi de Bergues qu’il exerce son art. Le film, devenu un monument du 7e art, a permis de faire connaitre un patrimoine régional promu au rang de patrimoine mondial il y a 10 ans. Un patrimoine aujourd’hui menacé.

Menace d'écroulement 

Au printemps dernier, une expertise réalisée sur le bâtiment du  12e siècle (reconstruit en 1961 après sa destruction lors de la seconde guerre mondiale) révèle d’importants problèmes structurels : en raison d’infiltrations un pan entier de mur serait sur le point de se désolidariser, sans parler de la charpente devenue branlante. Le montant des travaux à réaliser est estimé à 600 000 euros. Une somme que ni la région, ni le département ne semblent prêts à financer.

Appel aux dons

C’est la raison pour laquelle la ville de Bergues a décidé de se tourner vers le mécennat. Et pour en faire la promotion, la maire, Sylvie Brachet, en appelle à Dany Boon. Le comédien qui était sur le plateau de France 3 Nord Pas de Calais lors de la diffusion de cet appel n’est pas contre…

https://videos.francetv.fr/video/NI_528148@Culture

Le comédien est donc prêt à mettre la main à la pâte si ce n’est à la poche. Il faut dire que le beffroi de Bergues a une valeur sentimentale pour lui : son grand-oncle, Adalbert Carrière en a été l’un des carillonneurs.