D'Aubusson à Paris, l'empreinte de Jean Lurçat sur la tapisserie contemporaine

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 08/07/2016 à 17H08
"Au seul buit du soleil" une rétrospective exceptionnelle Jean Lurçat à la Galerie des Gobelins 

"Au seul buit du soleil" une rétrospective exceptionnelle Jean Lurçat à la Galerie des Gobelins 

© France 3 / Culturebox / capture d'écran

L’exposition consacrée à Jean Lurçat à la Galerie des Gobelins (Paris 13e) présente jusqu'au 18 septembre 2016 le parcours de cet artiste-peintre, céramiste, créateur de tapisseries, dont l’influence a marqué l’histoire de la tapisserie contemporaine. D'Aubusson à Paris, l'empreinte de Lurçat sur la tapisserie est toujours intacte 50 ans après sa mort.

A l'occasion des 50 ans de la mort, de Jean Lurçat, Le Mobilier National et la fondation qui porte son nom lui consacrent une exposition à la galerie des Gobelins dans le 13e arrondissement de Paris. 

Reportage : J. Piperaud / J. Arnal / S. Passelergue

https://videos.francetv.fr/video/NI_754485@Culture


Un nouveau langage dans la tapisserie

Reconnu comme "le rénovateur de la tapisserie", Jean Lurçat a produit près d’un millier de cartons de tapisseries. Intitulée "Au seul bruit du soleil" cette rétrospective est l'occasion de découvrir comment cet artiste, d'abord destiné à la peinture, s'est orienté vers la tapisserie dont il a rénové le langage et relancé les lissiers d'Aubusson. 
Lurçat dans son atelier

Lurçat dans son atelier

© France 3 / Culturebox / capture d'écran

Lurçat a apporté une simplification dans les couleurs et une façon de travailler qui était complètement à l'encontre de leurs habitudes

Martine Mathias - Ancienne conservatrice du musée de la tapisserie d'Aubusson
Fondation Lurçat

Un style Lurçat

 Dans les années 40 à 60, il redonne son lustre à la tapisserie creusoise allant jusqu'à bousculer la tradition ancestrale. Mais il ne tourne pas le dos au savoir-faire des lissiers d'Aubusson. C'est dans les ateliers Tabard et Goubely qu'il fait produire ses tapisseries "Les quatre saisons". Des fabriques où il impose son style et une manière de travailler : un système de numérotation des laines. 

La première fois qu'il voit arriver une tapisserie sur un de ses cartons il trouve que c'est trop proche de la peinture et il se rend compte qu'il faut partir des teintes des laines

Christiane Naffah-Bayle - Commissaire générale de l'exposition
La Terre, 1943 tapisserie d’Aubusson, atelier Goubely, 2,67 x 3,30 m

La Terre, 1943 tapisserie d’Aubusson, atelier Goubely, 2,67 x 3,30 m

© France 3 / Culturebox / capture d'écran

L'amitié des modernes

Poète et illustrateur inspiré, créateur dans le domaine des arts décoratifs, Jean Lurçat côtoie les grands poètes de son temps tels que Rainer Maria Rilke, Guillaume Apollinaire, Max Jacob, Louis Aragon. Signe de son engagement politique, il fait tisser en 1942 à Aubusson la tapisserie "Liberté" qui illustre le poème de Paul Eluard.   
Détail de  "La liberté" de Lurçat

Détail de  "La liberté" de Lurçat

© France 3 / Culturebox

L'homme et les animaux

L'autre grande spécialité de Lurçat demeure dans l'observation des animaux et ses bestiaires extraordinaires. Dans ses tapisseries fourmillent animaux fantastiques, monstres et personnages hybrides s’inspirant de l’imaginaire médiéval. 

Le coq c'est quand même un animal qui au lever du jour salue le soleil,  on peut dire poétiquement que c'est lui qui fait lever le soleil ! 

Jean Lurçat
Le coq par Lurçat

Le coq par Lurçat

© France 3 / Culturebox

-> A noter que la Cité internationale de la tapisserie sera inaugurée le 10 juillet à Aubusson