Arabie saoudite : une exposition sur le site nabatéen de Madaïn Saleh à l'Institut du monde arabe en 2019

Par @Culturebox
Mis à jour le 13/04/2018 à 18H02, publié le 13/04/2018 à 17H27
Le site nabatéen de Madaïn Saleh en Arabie saoudite © Yahya Arhab / EPA / MaxPPP

L'Institut du monde arabe organisera au printemps 2019 une grande exposition sur la site saoudien d'Al-Ula-Madaïn Saleh, a annoncé l'Institut. Le site, qui comprend une cité antique nabatéenne, fait l'objet d'un accord franco-saoudien de développement culturel dans cette région.

Le président de l'Institut du monde arabe Jack Lang et le président de la Commission royale saoudienne pour Al-Ula, ont signé un accord de partenariat pour l'organisation d'une grande exposition sur le site d'Al-Ula-Madaïn Saleh, qui comporte de nombreux vestiges archéologiques, annonce un communiqué.
 
L'exposition racontera l'histoire des deux cités, de l'Antiquité à nos jours, en s'appuyant sur des dispositifs numériques et des objets découverts lors des recherches archéologiques récentes, annonce l'Institut du monde arabe.
 
Situé dans la région du Hijaz, dans le nord-ouest de l'Arabie soudite, le site nabatéen de Madaïn Saleh, baptisé aussi Al-Higra, comporte une centaine de tombeaux similaires à ceux de Petra en Jordanie, creusés dans des parois en grès rose. Ils atteignent parfois 50 m de haut. Certaines contiennent des inscriptions préislamiques et des dessins. Le site a été classé au patrimoine de l'humanité de l'Unesco en 2008.

Reportage M. Burgot, R. Motte, G. Liaboeuf

https://videos.francetv.fr/video/NI_1217577@Culture

Une oasis occupée dès le 5e siècle avant JC

L'oasis a été occupée dès le 5e siècle avant JC et fut, au Ier siècle, avant JC la ville nabatéenne la plus importante après Petra. C'était à la fois un poste militaire et une station caravanière. Des fouilles franco-saoudiennes y sont effectuées depuis 2008. Une zone d'habitation était construite en briques de terre crue
 
Juste au sud du site, la ville moderne d'Al-Ula jouxte une ville ancienne de maisons en briques terre et de pierre, abandonnée, qui doit être réhabilitée.
 
Paris et Riyad ont signé mardi un accord pour le développement touristique et culturel de la région d'Al-Ula, à l'occasion de la visite en France du prince héritier d'Arabie saoudite Mohammed ben Salmane. Cet accord d'une durée de dix ans prévoit la création d'une agence dédiée sur le modèle de l'agence France Museum qui a piloté la mise sur pied du Louvre Abu Dhabi. 
Al-Ula, en Arabie saoudite. Au premier plan, la ville ancienne, abandonnée

Al-Ula, en Arabie saoudite. Au premier plan, la ville ancienne, abandonnée

© Fayez Nureldine / AFP