54 jours seul dans le phare maudit : des nouvelles de Marc Pointud

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 21/04/2016 à 10H56
Depuis un mois et demi Marc Pointud vit seul dans le phare de Trevennec (Finistère)

Depuis un mois et demi Marc Pointud vit seul dans le phare de Trevennec (Finistère)

© France 3 / Culturebox

54 jours après, l'aventure de Marc Pointud se poursuit dans le phare de Tevennec au large de la pointe du raz. Ce Breton passionné de patrimoine maritime a décidé de lancer un signal d'alarme pour sauver les phares en péril. Pendant deux mois, il vit au milieu de l'océan et des tempêtes mais reste connecté au reste du monde via les réseaux sociaux et les moyens communication.

Nous l'avions suivi il y a un mois et demi lors de son départ pour le phare maudit, aujourd'hui Marc Pointud donne des nouvelles grâce à une liaison Skype. Si le passionné du patrimoine maritime avoue avoir ressenti un peu de solitude lors du premier mois, il dit aussi s'accommoder à sa vie de vieux de loup de mer.

Reportage : E. Bach / France 3 Bretagne C, Louet / C. Polet  et France 2 T. Paga / J. Ababsa / A. Grenier-Comard

https://videos.francetv.fr/video/NI_684066@Culture


Sauver les phares

C'est à la fois une performance artistique et humaine : pendant deux mois Marc Pointud a décidé de vivre seul pendant 60 jours sur le phare de Tévennec, un caillou posé sur l'eau au large de la Pointe du Raz (Finistère). Passionné de patrimoine maritime, ce Breton a décidé de lancer un cri d'alerte et de sensibiliser l'opinion pour lever des fonds via le site de financement participatif MyMajorCompany et transformer le phare maudit en résidence d'artistes. 

Trevennec bis © France 3 / Culturebox

-> Pour suivre les aventures de Marc Pointud dans son phare  le #Tévénnec sur twitter donne régulièrement des nouvelles et publie des photos. Même le Belem est passé lui dire bonjour.

130 phares sont répertoriés en France. Parmi ceux-ci, seuls 89 sont protégés par un classement aux monuments historiques. Beaucoup d'autres sont délabrés à l'image du phare d'Ar Men, un caillou minuscule au large de l'ile de Sein et surnommé "l'enfer des enfers".