Opéras d’été à Dinard : Purcell superstar pour les 20 ans du festival

Publié le 17/07/2018 à 14H20
"King Arthur" d'Henry Purcell en vedette cette année aux Opéras d'été de Dinard.

"King Arthur" d'Henry Purcell en vedette cette année aux Opéras d'été de Dinard.

© France 3 / Culturebox - capture d'écran

Depuis 1999, les Opéras d’été de Dinard mettent l’art lyrique à la portée de tous. Cette année pour célébrer dignement la vingtième édition du festival, deux œuvres du compositeur britannique Purcell sont à l’honneur du 16 au 27 juillet. "Queen Mary" et "King Arthur", deux semi-opéras dont la modernité et la drôlerie devraient séduire un public souvent néophyte.

Reportage : N. Rossignol / V. Bars / H. Tiercelin / C. Deunf

https://videos.francetv.fr/video/NI_1266921@Culture

"Ici les gens viennent en short au retour de la plage(…) ils n’ont pas d’à priori sur ce que doit être l’opéra. C’est le meilleur public que vous puissiez avoir en tant que créateur." Déjà invité à plusieurs reprises par les Opéras d’été de Dinard, le metteur en scène néerlandais Sybrand van der Werf ne se lasse pas de l’ambiance estivale et décontractée qui est la marque de fabrique du festival. Ici ce ne sont pas les gens qui vont à l’opéra, mais plutôt l’opéra qui vient aux gens. Et dans cette noble mission, le choix des œuvres est primordial.

Des oeuvres à la portée de tous

Cette année, à l’occasion du 20e anniversaire des Opéras d’été, ce n’est pas un mais deux spectacles qui sont proposés au public. Deux semi-opéras (suites de tableaux indépendants qui "résument" une œuvre plus longue)  du compositeur britannique du 17e siècle Henry Purcell : "Queen Mary" qui met en scène un match de rugby imaginaire entre Louis XIV et Guillaume d’Orange et "King Arthur", variation autour des légendes arthuriennes à travers la quête (là aussi totalement fantaisiste) du roi Arthur pour retrouver sa bien-aimée Emmeline, enlevée par l’infâme roi saxon Oswald. Des intrigues que n'auraient pas reniées les célèbres Monty Python !

Des instruments d'époque !

Cette sélection d’œuvres modernes dans lesquelles, notamment pour "King Arthur", l’épique côtoie le cocasse, on le doit essentiellement à Frédérique Chauvet. La directrice artistique du festival Opéras d’été est aussi la directrice et fondatrice de l’ensemble BarokOpera qui rassemble des musiciens de toutes nationalités. Des musiciens qui ont pour particularité -outre leur grand talent - de jouer sur des instruments d’époque. Ainsi sur scène, le public pourra découvrir, parfois pour la première fois, un clavecin mais aussi un théorbe sorte de grand luth inventé au 16e siècle ! De belles soirées en perspective.

Outre les représentations dans le cadre des Opéras d'été, "King Arthur" sera également joué à Paimpol (Côtes-d'Armor) le 21 juillet et en Ille-et-Vilaine, le 23 juillet à Rennes, le 24 à Bécherel et le 25 à Pacé.