"Les Mystères d'Isis" : "La Flûte enchantée" comme vous ne l'avez jamais entendua, à la salle Pleyel

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 23/11/2013 à 15H05
Les manuscrits des "Mystères d'Isis", une adaptation de "La Flûte Enchantée" de Mozart, réalisée en 1801

Les manuscrits des "Mystères d'Isis", une adaptation de "La Flûte Enchantée" de Mozart, réalisée en 1801

© France 3 Culturebox

186 ans après sa dernière représentation, « Les Mystères d’Isis » vont à nouveau se révéler le 23 novembre à la salle Pleyel à Paris. Cette œuvre est tombée dans l’oubli et pourtant, il s’agit d’une adaptation de la célèbre « Flûte Enchantée » de Mozart. Réalisée par Ludwig Wenzel Lachnith, elle a été présentée pour la première fois en 1801 à Paris où elle triompha pendant plus de vingt ans.

Reportage : Jean-Laurent Serra, Virginie Delehautemaison, Stéphane Fouquet, Sandra Sonder

https://videos.francetv.fr/video/NI_140219@Culture

« La Flûte Enchantée » de Mozart fut jouée pour la première fois en 1791. Et ce n’est que bien plus tard, en 1865, que le public parisien a découvert cette œuvre (en français) au théâtre lyrique du Châtelet. Entre temps, c’est l’adaptation de Lachnith qui a prévalu. Pourquoi ? Parce qu’à l’époque, l’Opéra de Paris ne donnait que des œuvres adaptées en français. Il était en effet inconcevable de ne pas comprendre tous les ressorts d’une intrigue.
Exit donc la langue allemande.

Cette liberté de langue ne fut pas la seule que s’accordèrent le compositeur  Ludwig Wenzel Lachnith et le librettiste Etienne Morel de Chédeville. Leur « Mystères d’Isis » est en effet truffé d’autre airs d’opéra tirés de « Don Giovanni » ou de « La Clémence de Titus ». Cette adaptation fut décriée par les critiques et par certains compositeurs comme Hector Berlioz. Mais  le public, lui, ne bouda pas son plaisir. Entre 1801 et 1827, « Les Mystères d’Isis » firent l’objet de 130 représentations…avant de tomber dans l’oubli.
 
L'oeuvre renaît aujourd’hui grâce au Palazzetto Bru Zane (Centre de musique romantique française) qui donne le 23 décembre un concert unique avec  les musiciens du Concert Spirituel et le Chœur de la Radio Flamande, dirigés par le chef baroque Diego Fasolis. Concert qui fera l’objet d’un enregistrement par le Palazzetto Bru Zane.