Les mélodies irlandaises de Berlioz

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 28/08/2009 à 10H39
Les mélodies irlandaises de Berlioz

Les mélodies irlandaises de Berlioz

© Culturebox

https://videos.francetv.fr/video/NI_95501@Culture

Drôle d'endroit pour un bal celtique. Le festival Berlioz à la Côte Saint André s'est mis en 2009 à l'heure irlandaise le temps d'une soirée.  Il faut dire que le compositeur avait un lien très intime  avec ce pays, et qu'il a composé des mélodies influencée par lui.

Hector Berlioz a vingt-quatre ans. Il a déjà composé quelques oeuvres, étudie au conservatoire. un soir de septembre 1927, il se rend au théâtre de l'Odéon à Paris, pour y voir Hamlet. Il ne connaissait pas Shakespeare, il est envoûté. Il est aussi fasciné par l'actrice qui incarne Ophélie, l'Irlandaise Harriet Smithson. Dans ses mémoires, il écrira : "L'effet de son prodigieux talent, ou plutôt de son génie dramatique, sur mon imagination et sur mon cœur n'est comparable qu'au bouleversement que me fit subir le poète dont elle était la digne interprète." Le musicien tente de rencontrer la jeune femme, il lui envoie des lettres, des messages, mais, inquiète de son excentricité, elle refuse de lui accorder une audience.  Hector Berlioz ne parvient pas à oublier l'actrice repartie Outre-Manche. Il se fiance à une autre femme sans conviction, se lance dans une nouvelle oeuvre, la Symphonie Fantastique, dans laquelle il canalise sa passion. En 1932 c'est la présentation finale de l'oeuvre. Il s'arrange avec des amis pour faire inviter Harriet Smithson. Le programme distribué dans la salle évoque à demi-mots la passion de l'artiste. Le concert et le texte bouleversent l'actrice qui le recontacte. Neuf mois plus tard, ils se marient, ont un fils. Leur  amour ne dure qu'une dizaine d'années. Harriet voit sa carrière s'éteindre, elle devient jalouse, envieuse. Le divorce est prononcé en 1844.