Labeaume en Musiques célèbre la Grotte Chauvet avec un tableau-concert

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 27/07/2012 à 14H12
Le Bruegel Quartet fait revivre les peintures rupestres de la Grotte Chauvet

Le Bruegel Quartet fait revivre les peintures rupestres de la Grotte Chauvet

© France3 / Culturebox

Comme chaque année, jusqu'au 17 août, le festival Labeaume en Musiques propose une dizaine de concerts classiques. Mais, lors de cette 16ème édition, pour la première fois, une création originale a été conçue autour d’un lieu mythique : la Grotte Chauvet. Baptisé « Aurochs », ce spectacle associe la musique du Bruegel Quartet et les vidéos de Jérôme Lopez. Proposé les 18 et 19 juillet, ce tableau-concert a emmené le public du Théâtre de verdure 30.000 ans en arrière.

https://videos.francetv.fr/video/NI_131341@Culture

C‘est le Bruegel Quartet qui est à l’origine de ce spectacle unique. Cette formation a vu le jour en 2010 à l’occasion de la création de « A la Vie, la Mort », un tableau-concert conçu à partir de l’œuvre de Bruegel l’Ancien, « Le Triomphe de la Mort ». Les membres ont eu envie de poursuivre cette rencontre entre la musique et l’univers pictural. « Aurochs » est né. Écrite par le Bruegel Quartet et interprétée par Laurence Bourdin (vielle à roue), Jean Aussanaire (saxophones), Jean Mereu (trompette) et Bernard Santacruz (contrebasse), cette création musicale est associée à une vidéo projection construite à partir des photos des peintures rupestres datant de 25.000 à 37.000 ans, découvertes en 1994 à Vallon Pont d’Arc, à l’intérieur de La Grotte. Un lieu fermé au public, que très peu de personnes ont eu l’occasion de visiter. « Aurochs » est donc une façon de partager ce trésor séculaire qui sera peut-être bientôt inscrit au patrimoine mondial de l’Humanité.

La Grotte attendra 2013

En avril dernier, la France avait demandé cette inscription « en urgence » pour 2012 car l’intérieur de la grotte présente des "concentrations particulièrement fortes et dangereuses de CO2 et de radon » qui menaçent les peintures rupestres, parmi les plus anciennes au monde . Mais les experts du Conseil international des monuments et des sites (Icomos) ont estimé, eux, qu'il n'y avait pas de caractère d'urgence. Ils ont tout de même reconnu la "valeur universelle exceptionnelle" de la grotte. La France déposera donc un dossier en 2013, par la procédure normale.