Christophe Honoré met en scène son premier opéra : "Dialogues des carmélites"

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 13/10/2013 à 13H59
Christophe Honoré dans l'enceinte de l'opéra de Lyon, préparant sa mise en scène des "Dialogues de carpmélites"  de de Poulenc, d'après  Bernanos.

Christophe Honoré dans l'enceinte de l'opéra de Lyon, préparant sa mise en scène des "Dialogues de carpmélites"  de de Poulenc, d'après  Bernanos.

© JEFF PACHOUD / AFP

C'est une mise en scène d'aujourd'hui que signe à Lyon le cinéaste et metteur en scène de théâtre Christophe Honoré, pour son premier opéra, les "Dialogues des carmélites" de Poulenc, d'après une pièce de l'écrivain Georges Bernanos.

Le chef-d'oeuvre de Poulenc et Bernanos (1957) est tiré d'une histoire vraie: celle des carmélites de Compiègne, arrêtées et guillotinées en 1794 au pire moment de la terreur.
Reportage à Lyon : Olivier Denoyelle, Laure Crozat, Grégoire Cutzach

https://videos.francetv.fr/video/NI_139099@Culture

L'opéra est en soi une gageure: 2H30 d'interrogations métaphysiques autour de la mort et de la foi, sans aucune intrigue amoureuse! C'est compter sans le livret, qui donne à chaque soeur une humanité bouleversante, et la partition inspirée de Poulenc, qui fait de ces "Dialogues" un opéra phare du 20e siècle.
Autour de la figure centrale de la jeune aristocrate Blanche de la Force, torturée par la peur et réfugiée au couvent pour tenter d'y trouver la paix, les carmélites sont des femmes en proie au doute, à la révolte, à la peur, jeunes et gaies, aimantes ou autoritaires.
Pour toucher du doigt la vie des religieuses, Christophe Honoré est allé à la rencontre des soeurs, à Lyon et Pontoise. Il a trouvé "des femmes qui travaillent, qui ont des ordinateurs, des femmes d'aujourd'hui".
Dans l'opéra, on voit donc un carmel actuel, aux grandes baies vitrées donnant sur la ville, où les tables et les bancs de réfectoire ont l'allure des cantines d'aujourd'hui. "Les carmels ne surplombent pas le monde, les carmélites ont l'impression que leur côté retranché leur permet d'être absolument attentives au monde", explique le metteur en scène.
"Dialogues des carmélites", 1er opéra mis en scène par Christophe Honoré à Lyon : bande-annonce
Les soeurs qu'il dirige ne sont pas en habit religieux, sauf ponctuellement pour les prières et les messes. Elles travaillent, s'affairent, et surtout, se soutiennent, s'embrassent: et traduisent la chaleur d'une communauté assiégée.
Christophe Honoré a voulu parler des carmélites de la façon "la plus humaine possible, qu'elles ne soient pas seulement une collectivité, mais des personnalités différentes, que ce soit concret, trivial, charnel".

Claquement de la guillotine
La Terreur est symbolisée par la foule dirigée par des "commissaires politiques" qui empruntent plus à la gauche révolutionnaire des années 70 qu'à la révolution française, et sont de fait bien moins terrifiants.
La scène finale de l'opéra, la mort sur l'échafaud, offre une image quasiment cinématographique: les soeurs se dirigent une à une vers une vaste ouverture dans la paroi de leur prison et basculent dans le vide au son du couperet de la guillotine, "simulé par un claquement", selon les indications de Poulenc.
Les premières répétitions des "Dialogues de carmélites" mis en scène par Christophe Honoré à l'opéra de Lyon.
La partition est dirigée par le chef attitré de l'orchestre de l'Opéra de Lyon Kazushi Ono. Une distribution francophone porte haut les "Dialogues" : citons la jeune soprano québécoise Hélène Guilmette, dans le rôle de Blanche, et la Française Sabine Devieilhe dans le rôle de la jeune Constance, la benjamine du carmel.
Dialogues des Carmlites est donné à l'Opéra de Lyon du 12 au 26 octobre 2013.
Le site de l'Opéra de Lyon