Wax Tailor, le roi du hip-hop orchestral en mode symphonique à Lille

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 10/05/2014 à 16H31
Un projet unique avec 40 musiciens du Conservatoire de Lille et 17 choristes 

Un projet unique avec 40 musiciens du Conservatoire de Lille et 17 choristes 

© France 3 Culturebox

Wax Tailor n’aime pas les étiquettes. L'artiste hip-hop le prouve en montant sur scène avec 40 jeunes musiciens du Conservatoire de Lille et 17 choristes. Un mélange audacieux baptisé "Wax Tailor & The Phonovisions Symphonic Orchestra", qui se joue à Lille le 10 mai au théâtre Sébastopol, avant un passage les 14 et 15 mai aux Folies Bergère à Paris, puis une tournée en France et en Belgique.

Reportage : J-L. Serra / P. Lassus / P. Guennegan / F. Cattin

https://videos.francetv.fr/video/NI_147643@Culture

Pour ce spectacle, Wax Tailor a réuni des titres composés durant ces dix dernières années, de 2004 à 2014. C’est l’un d’eux, « Phonivisions », qui a inspiré le spectacle : « C’est un des titres de mon dernier album. C’est un morceau que j’ai composé début 2011, après ma première expérience symphonique avec l’Opéra de Rouen. C’était, en quelque sorte, ma façon de digérer cette collaboration et d’essayer de retranscrire le sentiment symphonique avec mes propres moyens, c'est-à-dire deux platines et un sampler en studio", explique le musicien qui a beaucoup travaillé avec Lucie Leguay, pianiste classique et jeune chef d’orchestre de 24 ans.

C’est la jeune pianiste qui dirigera les élèves du Conservatoire de Lille et les choristes. Pour la petite histoire, elle ne connaissait pas Wax Tailor, se méprenant d’ailleurs sur son nom et comprenant « Wax Ténor... pseudo d’un chanteur lyrique inconnu mais qui sonnait bien » !

Reportage : L. Beunaiche / D. Bert / I. Lefebvre

https://videos.francetv.fr/video/NI_147645@Culture

Wax Taylor avait joué avec l'orchestre symphonique de Rouen en 2010. Cette fois, Jean-Christophe Le Saoût (alias Wax Tailor) a donc jeté l’ancre à Lille, une ville avec laquelle il entretient depuis dix ans des relations fortes. Il s’est investi dans le programme « Ville d’Arts du Futur » dédié aux projets qui mêlent arts et technologies. « Wax taylor & The Phonovisions Symphonic Orchestra » s’accompagne en effet d’un important travail technologique : sur les costumes, imaginés par le designer lillois Tristan Besnard et confectionnés sur mesure pour chaque artiste dans des textiles innovants. Wax Tailor portera notamment une chemise blanche en fibre optique et en coton accompagnée de Led.

Créer une alchimie entre l'image et la musique

Wax Tailor a également travaillé avec des membres du LIFL (Laboratoire d’informatique fondamental de Lille) et de l’INRIA (L'Institut national de recherche en informatique et en automatique) qui ont mis au point des pupitres d’orchestre numérique. Gros travail aussi sur l’infrastructure visuelle : sur scène, deux écrans dont un écran Led de 12 mètres sur 6 qui diffusent des images inédites et plutôt abstraites. Une « partition visuelle » coordonnée par le réalisateur Pierre Jampy pour créer une véritable interaction entre image et musique, un univers propice à la poésie et à l’imaginaire.

La tournée du "Wax Tailor & The Phonovisions Symphonic Orchestra" :

Lundi 11 mai : NANTES, Cité des Congrès
Mardi 13 mai : MONTPELLIER, Le Corum
Mercredi 14 - Jeudi 15 mai – PARIS, Folies Bergère
Samedi 17 mai – LYON – L'Amphithéâtre - Cité Internationale
Dimanche 18 mai – BRUXELLES – Ancienne Belgique (Festival)