Prague et la danse au festival de musique de chambre de Giverny

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 22/08/2014 à 13H21
Le festival de musique de chambre de Giverny, dernière répétition, août 2014

Le festival de musique de chambre de Giverny, dernière répétition, août 2014

© Culturebox

La musique classique est à l'honneur dans le village de Claude Monnet. Le festival de musique de chambre de Giverny propose, jusqu'au 31 août 2014, deux semaines de concerts. Un rendez-vous désormais incontournable. Cette onzième édition célèbre Prague et le rapport entre musique et danse.

Le festival de musique de chambre de Giverny, c'est avant tout une programmation qui sort des sentiers battus. Un répertoire qui marie compositeurs contemporains et ceux des siècles passés. Des concerts basés sur l'échange : le principe consiste à faire jouer de jeunes musiciens avec des artistes plus expérimentés. Échange également entre les arts, car cette année, deux danses sont mises à l'honneur, notamment la valse et la danse de claquettes. 

Reportage : M. Moiroud / G. Bertrand / R. Supe / P. Cadinot

https://videos.francetv.fr/video/NI_151341@Culture

Prague et les artistes tchèques 
Après Paris et Vienne, c'est une autre capitale de la musique de chambre qui est à l'honneur cette année. Avec Prague, les spectateurs peuvent découvrir les œuvres moins souvent jouées des compositeurs tchèques Dvorak et Smetana, mais également celles d'artistes d’hier et d’aujourd’hui moins connus comme Krystof Maratka, Josef Suk ou encore Vítězslav Novák. Puis, le temps d’une soirée, ce sont les airs de Bohème composés par des Tchèques qui inviteront le public au voyage...

Valses et claquettes
Parce que musique et danse sont intimement liées, la musique de chambre convie cette année deux danses avec un après-midi autour de la valse sur des airs de Tchaïkovski et de Khatchatourian. Plus inattendues, les claquettes seront aussi de la partie. Max Pollak, danseur américain d’origine autrichienne, fera découvrir le tapdance, mélange de claquettes américaines et de danse afro-cubaine. Il interprétera une pièce composée spécialement par Thierry Escaich pour violoncelle et claquettes. 

Le concert de clôture
Au programme du 31 août, des pièces de Tchaïkovski et Borodine, et un orchestre de cordes qui accompagnera le danseur Max Pollak dans deux œuvres de compositeurs contemporains, Airat Ichmouratov et Samuel Torres.

Les artisans de la musique
Pas de musique sans artisan. Le public pourra assister à la fabrication d’un violoncelle par huit luthiers français. L'occasion de reconnaître le savoir-faire français en la matière mais également de faire une bonne action. Cet instrument sera inauguré dès le concert de clôture par Michel Strauss, violoncelliste et directeur artistique du festival. Puis, l'instrument sera vendu au profit de l’association Musique de chambre en Normandie.