Le quatuor Psophos fête ses 20 ans avec le disque "Constellations"

Par @Culturebox
Journaliste, responsable de la rubrique Classique de Culturebox
Mis à jour le 12/12/2017 à 20H04, publié le 08/12/2017 à 11H25
Le quatuor Psophos en répétition au Bal Blomet : Eric Lacrouts, Bleuenn Le Maître, Cécile Grassi et Guillaume Martigne. 

Le quatuor Psophos en répétition au Bal Blomet : Eric Lacrouts, Bleuenn Le Maître, Cécile Grassi et Guillaume Martigne. 

© Lorenzo Ciavarini Azzi/Culturebox

Le quatuor à cordes Psophos fête (déjà) ses vingt ans : un disque anniversaire, "Constellations" sorti chez Klarthe, met à l’honneur les couleurs et la poésie françaises, de Ravel, Debussy et Dutilleux. Et une série de trois concerts les 8, 9 et 10 décembre au Bal Blomet à Paris célèbrent la rencontre du classique et du jazz, avec de nombreux artistes invités. Rencontre lors d'une répétition.

Notre rencontre avec le quatuor à cordes Psophos a lieu rue Blomet, dans le 15e arrondissement, au Bal Blomet : une jolie salle en sous-sol, entre cabaret et club, qui associe sans complexe une programmation jazz, classique et musical-hall. A l’image du lieu dont il est l’héritier, le Bal Nègre, mythique cabaret dansant antillais et club de jazz des Années folles.
C’est ici qu'a répété ces derniers temps le quatuor Psophos en vue de la série de concerts qu’il donnera ici les 8, 9 et 10 décembre pour célébrer les 20 ans de sa formation. Et au programme de ces soirées on ne s’étonnera pas de voir du classique mais aussi du jazz.

"Entre nous, ça jaillit, c’est du ping-pong"

Pour l’heure, le quatuor reste sur une œuvre du compositeur hongrois Ernö Dohnany (début du XXe siècle), que la formation donnera avec Brahms et Szymanowski au premier concert qui s’appellera "Echos de Bohème". Ambiance de répétitions. "Là, il y a une note bizarre (… ) Je peux diriger ?" lance l’un. "Il faut jouer comme si c’était en marche. D’accord ?". "Pourquoi pas", répond l’autre. (…) "Mais qu’est ce qui se passe ? D’habitude t’es plus calme (...) Pas trop de…", entend-on encore. Et puis : "Il faut qu’il y ait de la consistance, sinon ça fait évanescent.  (…) Ta glissade, tu pourrais plus étendre à 14". Et ainsi de suite : on discute, on s’apostrophe gentiment. On réagit, on rigole, on parle fort, on répond, comme on le fait entre amis. Et puis d’un coup, comme par enchantement, le brouhaha s’en va et la magie de la musique s’installe.
Le quatuor Psophos en répétition et en conversation au Bal Blomet.

Le quatuor Psophos en répétition et en conversation au Bal Blomet.

© Lorenzo Ciavarini Azzi/Culturebox
Vingt ans que ça dure. Pour être précis, ces quatre membres-là ne sont ensemble que depuis une dizaine d’années. Le premier violon, Eric Lacrouts et le violoncelliste Guillaume Martigne ont rejoint l’altiste Cécile Grassi et la violoniste Bluenn Le Maître, co-fondatrices du quatuor avec deux autres musiciennes. Rien de plus classique qu’un quatuor qui change de musiciens, surtout dans une période aussi longue. Surtout, les quatre se félicitent d’être parvenus à une véritable entente. Et tous ces échanges très animés durant les répétitions ? "Ce sont les idées musicales qui circulent, ça jaillit, c’est un ping-pong". Les quatre parlent ensemble.

Identité sonore

Cécile Grassi, l’altiste, est souvent la première à parler, les autres la complètent, et les paroles des uns et des autres se chevauchent sans rendre pour autant le propos inintelligible. C’est peut-être ça, l’entente. "On parle beaucoup, pour que ce ne soit pas télécommandé, que ce soit naturel.  Il faut qu’on le comprenne, le son. Alors parfois il y a besoin de mettre des mots sur des intentions : vers où va aller la phrase ? Quel point d’appui on veut mettre ? Quelles vont être les tensions ? Où vont être les relâchements ? Qui va les guider ? Quelle voie par rapport à l’harmonie va être prédominante pour donner un caractère ?", lancent-ils en coeur. "On parle beaucoup parce qu’on est quatre : avec quatre idées, si on n’est pas d’accord, il faut argumenter, et on peut changer de cap", ajoute Bleuenn Le Maître.
Ce qui les définit comme quatuor, "c’est une identité sonore collective", avance Eric Lacrouts, premier violon. "Oui, mais même si c’est collégial, et même si un quatuor, c’est toujours la plus belle démocratie du monde, c’est aussi l’identité du premier violon qui prime. Et heureusement", ajoute en riant Cécile Grassi, rejointe par Bleuenn Le Maître : "Il y a des mimétismes qui se créent à partir de là et c’est important". Une identité sonore, ça ne se décrit pas. "C’est à notre insu, nos jeux et nos envies musicales vont dans une direction commune qu’on tend", disent-ils. On croit percevoir un phrasé, une légèreté emprunte d’espièglerie… "Si, c'est vrai, il y a beaucoup de jeu… Vous savez, avant le concert, il y a une proposition qui arrive et on va tous réagir par rapport à celle-ci.  Et ça, on ne l’aura pas prévu, c’est au dernier moment, ça va créer quelque chose de particulier, ce côté espiègle justement : c’est un jeu, ça fait balle", résume le violoncelliste Guillaume Martigne.

Le disque "Constellations" (Klarthe)

Pour les 20 ans de Psophos, le quatuor a sorti un disque anniversaire, "Constellations" chez Klarthe, jolie rencontre (certes attendue) de Ravel, Dutilleux et Debussy sous le signe de la poésie et d'une certaine  légèreté impressionniste. "On a quasiment commencé le quatuor avec ça, et c’est un répertoire un peu incontournable pour un quatuor français. Surtout, on s’est accompagnés l’un l’autre, ce répertoire et nous", dit Cécile Grassi. "Ce n'est pas un manifeste", selon Guillaume Martigne, "juste on est sensible à la couleur, au timbre à la poésie", ajoute Cécile : "c'est pour ça qu’on a utilisé le terme de constellation, c'est poétique ! C'est un titre du quatuor de Dutilleux "Ainsi la nuit", mais qui illustre tellement chaque quatuor. Chacun des trois compositeurs n'a écrit qu'un quatuor : chacun a son étoile qui brille"…

Depuis ses débuts, le quatuor s'est beaucoup consacré aussi à la musique contemporaine. "C’est tellement merveilleux de pouvoir rencontrer la personne qui a écrit l’œuvre : pouvoir échanger, comprendre. Ça n’enlève pas la liberté d’interpréter, mais parfois avoir une réponse, c’est tellement précieux…", dit Cécile. La rencontre avec Dutilleux a été pour Psophos "hyper émouvante : on était à Cardiff, on jouait pour son anniversaire et avant de rentrer sur scène, il est venu nous voir. On ne savait pas qu’il serait présent. Notre seul regret a été de ne pas avoir travaillé avec lui, parce que c’était trop tard et il ne recevait plus vraiment".

Nourritures

Au cours des trois concerts au Bal Blomet, Psophos interprètera aussi bien Dohnany et Szymanowski que Brahms, Schubert et … du jazz, signe d'une belle ouverture.  Les quatre musiciens se nourrissent de tout et ça se sent. Le jazz est latent, surtout depuis qu’ils ont entamé une collaboration avec le pianiste Jean-Marie Machado. Mais il n’y a pas que le jazz.  "Les musiciens classiques sont faussement classiques, ils sont ouverts à tout ce qui se fait", dit Guillaume. "Je suis personnellement un dingue de la musique classique indienne, mais aussi le jazz, la soul, ou du funk, tout  j’adore". Eric Lacrouts a lui un rapport assez fort à l’opéra de par sa famille. "Dans la partition de Ravel, il y a du "Pelléas et Mélisande" de Debussy, à fond ! Et dans "Pelléas", il y a plein d’emprunts, j’ai entendu du Puccini, du Wagner !", dit-il.