Le pianiste virtuose François-René Duchâble met un point final à sa carrière

Mis à jour le 30/07/2018 à 22H59, publié le 30/07/2018 à 18H29
François-René Duchâble a choisi le cadre naturel du lac de la Colmiane pour l'un de ses tout derniers concerts.

François-René Duchâble a choisi le cadre naturel du lac de la Colmiane pour l'un de ses tout derniers concerts.

© France 3 / Culturebox

Cette fois, c’est la bonne. Après des adieux spectaculaires à la scène en 2003, François-René Duchâble tourne la page. Celui qui reste à ce jour l’un des plus grands solistes au monde, donnera ce mardi 31 juillet son tout dernier concert. Après une existence au service de la musique, le pianiste a choisi de "vivre".

Reportage : P. Vaireaux / J. Bierlein / I. Roy / D. Roux

https://videos.francetv.fr/video/NI_1271815@Culture

Le lac de la Colmiane au cœur du parc national du Mercantour. C’est ici qu’en 2003, François-René Duchâble avait annoncé la fin de sa carrière de concertiste de la plus spectaculaire des façons : depuis un hélicoptère, il avait jeté son piano dans le lac ! Un peu plus tard, il mettait le feu à son costume de scène, sa fameuse queue de pie. Des actions symboliques pour un artiste atypique.
Premier prix de piano au Conservatoire national supérieur de Paris à seulement 13 ans, repéré par le grand Arthur Rubinstein trois ans plus tard, François-René Duchâble a accumulé les récompenses les plus prestigieuses et joué partout dans le monde. Une carrière exigeante, essentiellement consacrée aux compositeurs romantiques et à laquelle il avait donc mis partiellement fin il y a 15 ans.

Le dernier concert

Ces dernières années, ses représentations avaient toujours lieu dans des endroits inattendus et au plus près du public comme au Lac de Colmiane dans le cadre du festival "Les folies des Lacs". C'est là qu'il a donnné ce 29 juillet l’un de ses derniers concerts. Le tout dernier, ce sera le 31 juillet aux Nuits Musicales de Mazaugues dans le Var. Pour autant, François-René Duchâble ne dit pas adieu à la musique. A l’avenir il pourrait continuer à se produire dans les prisons ou les maisons de retraite. Une vie loin de la pression médiatique.