Le 1er Concours Corneille à Rouen, un tremplin pour les jeunes solistes baroque

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 09/09/2016 à 16H29
La soliste Pia Richer, une des participantes au concours Corneille de Rouen. 

La soliste Pia Richer, une des participantes au concours Corneille de Rouen. 

© capture d'écran France 3 / Culturebox

La première édition du concours Corneille a débuté à Rouen. La chapelle Corneille accueille ce concours international de musique baroque pour soliste instrumentaux jusqu’au 11 septembre.

Mexique, Russie, Canada ou Japon, plus de 15 nationalités participent à la première édition du concours Corneille dans la chapelle du même nom. Quatre jours d’épreuves durant lesquels, les jeunes solistes de moins de 30 ans devront se confronter avec leurs instruments à cordes, violon, violoncelle et viole de gambe.

Un enjeu important

Ce premier concours international à Rouen est ouvert aux jeunes musiciens des plus prestigieuses écoles du monde. L’enjeu est important pour eux, puisque c’est le premier concours international pour soliste baroque en France. Il y a peu, par exemple, de concours internationaux pour la viole de gambe, ce qui offre aux concurrents une chance de s’exprimer. Comme l’explique Pia Pircher, une concurrente autrichienne de 27 ans : "C’est une opportunité unique pour se développer, jouer du répertoire et se présenter devant un jury et un public".
Les concurrents du 1er concours Corneille ont moins de 30 ans.

Les concurrents du 1er concours Corneille ont moins de 30 ans.

© Myriam Orain

Le lieu semble plaire aux participants. La chapelle Corneille a subi des rénovations importantes depuis 2014 et a rouvert ses portes cette année, métamorphosée en auditorium. "C'est une opportunité pour moi de progresser et de jouer ce merveilleux programme dans un tel lieu, cette chapelle. C’est incroyable de jouer ici", confie Anna Dimitrieva, une concurrente russe.

Reportage : B. Dunglas / H. Colosio / O. Vincent / S. Pierson

https://videos.francetv.fr/video/NI_795289@Culture


Qui dit concours international dit jury international. La compétition se déroule en trois temps alternant partitions libres et imposées. Les trois meilleurs seront retenus par les jurés qui ont leurs propres critères de sélection, comme par exemple la maitrise de l’instrument. "C’est quelque chose de très important lorsqu'on se destine à la carrière de musicien, il ne faut pas être dominé par l’instrument. Il y a aussi la liberté, la personnalité et l’intention", analyse Olivier Lexa, un des membres du jury.

Les Rouennais sollicités

C’est le chef d’orchestre Vincent Dumestre qui est à l’origine de ce concours international. Le directeur artistique de l’ensemble "Poème Harmonique" a créé un tremplin pour les jeunes solistes, en y associant de façon importante les Rouennais, sollicités pour loger les concurrents ou gérer l’organisation. "C’est aussi pour permettre à des Rouennais, des Normands, de découvrir la musique classique d’une autre manière. Ici, ils peuvent venir pour écouter un ou deux candidats, sortir, rentrer, etc… C’est très souple et ça permet aussi d’élargir le public", souligne Vincent Dumestre.

À l’issue de la finale qui aura lieu le 11 septembre dans la chapelle Corneille, un prix du public de 1 000 euros récompensera le soliste choisi par les spectateurs. Quant au premier prix du concours, il remportera la somme de 4 000 euros.