L'été de Katia et Marielle Labèque : deux pianos pour quatre mains

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 28/07/2014 à 14H11
Un face à face qui dure depuis plus de 50 ans entre les deux soeurs ici en concert à Tolède en mars dernier.

Un face à face qui dure depuis plus de 50 ans entre les deux soeurs ici en concert à Tolède en mars dernier.

© Herrero / EPA / MAXPPP

Elles sont nées à deux ans d'intervalle mais à part cela, rien ne les sépare. Depuis plus de cinquante ans, Katia et Marielle Labèque vivent leur vie et leur carrière au diapason. Un accord parfait sur lequel les deux soeurs sont revenues à l'occasion de leur passage ce week-end au festival de Musique de chambre de Saint-Paul-de-Vence.

On croirait presqu'une illusion d'optique. Sur la scène, ces deux femmes toutes deux vêtues de noir jouent face à face, l'une étant le miroir de l'autre. Depuis plus de 50 ans, Katia et Marielle Labèque jouent sur leur ressemblance, sur leurs différences aussi.
Nées dans les années 50 d'un père amateur de chant lyrique et d'une mère pianiste, les soeurs Labèque décident très tôt de tout partager. A leur sortie du conservatoire de Paris en 1968, premier prix en poche, elles unissent leur destin. Leur premier album à quatre mains, "Les visions de l'Amen" d'Olivier Messiaen sort l'année d'après.

Reportage : H.Nicolas / P-O.Casabianca / J.Juvigny

https://videos.francetv.fr/video/NI_150425@Culture

Les inséparables de la Musique

Katia l'extravertie, l'explosive. Marielle, la discrète. Le feu et la glace. Une harmonie parfaite qui leur vaut bientôt d'être invitées dans les plus grands festivals, de jouer avec les formations les plus prestigieuses. Mais c'est en 1980 que leur interprétation magistrale de "Rhapsody in Blue" de Gerswhin les propulse au rang de vedettes internationales. Un succès qui leur offre la liberté. Liberté de s'aventurer notamment en des territoires musicaux où l'on ne les attend pas. Electro, rock et même pop avec cette collaboration début juillet à la Salle Pleyel avec le chanteur et compositeur canadien Rufus Wainwright.
Les soeurs Labèque aiment également métisser les genres comme dans cette interprétation du Boléro de Ravel avec le Trio kalakan, ensemble de percussions basques. Un retour aux sources pour les deux pianistes qui sont nées et ont grandi à Bayonne.
Katia et Marielle Labèque seront en concert à Paris, Salle Pleyel le 25 septembre et à l'Auditorium de Lyon les 23 et 25 octobre 2014.