Concours international Frédéric Chopin à Varsovie : les pianos anciens à l'honneur

Mis à jour le 12/09/2018 à 10H22, publié le 12/09/2018 à 10H05
Le pianiste français Benjamin d'Anfray durant le premier Concours international Frédéric Chopin à Varsovie, sur des pianos d'époque. 

Le pianiste français Benjamin d'Anfray durant le premier Concours international Frédéric Chopin à Varsovie, sur des pianos d'époque. 

© JANEK SKARZYNSKI / AFP

Trente pianistes, venus du monde entier, sont venus participer au Concours international Frédéric Chopin sur pianos d'époque qui se tient à Varsovie depuis le 2 septembre.

Cinq grands pianos historiques éblouissants investissent la scène prestigieuse de la Philharmonie de Varsovie. A tour de rôle, au gré des choix des pianistes, ils transportent le mélomane contemporain vers des univers sonores oubliés, du temps de Frédéric Chopin.
 
Ces pianos "datent tous du 19e siècle et Chopin a joué sur chacun de ces modèles. Son préféré était le Pleyel mais nous avons également des Erard, des Buchholtz...", déclare Artur Szklener, directeur de l'Institut National Frédéric Chopin (Nifc), basé à Varsovie, l'organisateur de la compétition.
Buchholtz piano Chopin Varsovie © JANEK SKARZYNSKI / AFP

Chaque instrument de cette période, marquée par des innovations techniques et technologiques multiples subies par le piano alors en pleine évolution, garde son caractère unique. Suivant le modèle, la marque et l'année de fabrication, "on a l'impression d'entendre plein de sons différents, plein de pianos différents", souligne Claire Chevallier, grande spécialiste du piano ancien, membre du jury à Varsovie.


Le concours, sans précédent par la nature des instruments utilisés, reprend les grandes lignes de la formule du célèbre concours international de piano Frédéric Chopin, créé en Pologne en 1927 et qui, lors de ses dix-sept éditions tous les cinq ans, a souvent ouvert à ses lauréats les portes des plus grandes salles du monde.

"Des instruments exigeants au niveau technique" 

Jouer sur ces pianos empruntés à différentes collections pose souvent un grand défi pour les artistes habitués aux instruments modernes.

"Ce sont des instruments qui sont hyper exigeants au niveau technique, au niveau de l'écoute et quand il s'agit de gérer leur acoustique, sans parler de l'acoustique de la salle. Ils ne pardonnent rien. Par exemple, on est très vite sur une gamme inégale alors que sur un piano moderne ça va passer totalement inaperçu", explique Mme Chevallier, en référence au fait que les passages d'une octave à l'autre sont beaucoup moins fluides sur les pianos anciens.
Benjamin d'Anfray au Concours international Frédéric Chopin, à Varsovie. 

Benjamin d'Anfray au Concours international Frédéric Chopin, à Varsovie. 

© JANEK SKARZYNSKI / AFP

Le pianiste français Benjamin d'Anfray, 30 ans, en est bien conscient, comme les autres participants. "Chaque époque a son 'pianisme', comme on dit, et sa technique. Donc on ne peut pas jouer sur ces instruments comme on joue sur un grand Steinway de concert. On ne peut pas jouer avec le bras, on ne peut pas utiliser la pédale de la même manière...", précise-t-il, interrogé à l'issue de sa première sortie en scène.


Il a joué sur un Buchholtz puis sur un Pleyel, particulièrement affectionné par le grand compositeur romantique. "Les Pleyel ont des qualités de chant exceptionnelles, qu'on a perdues dans nos pianos modernes. Quand on joue sur ces pianos, on peut être aspiré dans un autre monde, on peut avoir des sensations sonores et des mondes sonores qui sont complètement différents", indique M. d'Anfray.

Mais outre le côté musical, le Concours dont la finale est programmée pour mercredi et jeudi, joue aussi sur une note écologique et sociale.

"On recycle des instruments qui existent déjà. On pourrait apporter d'ailleurs un marché extraordinaire et beaucoup de travail à plein de restaurateurs et d'accordeurs...", souligne Mme Chevallier. 

Un accordeur au Concours international Frédéric Chopin de Varsovie.

Un accordeur au Concours international Frédéric Chopin de Varsovie.

© JANEK SKARZYNSKI / AFP

Pour le gagnant du concours, des récompenses de plusieurs sortes sont prévues: une dotation financière, des propositions de concerts prestigieux avec l'Orchestre du XVIIIe siècle - créé par le Néerlandais Frans Brüggen, il comprend 55 musiciens de plus de 20 pays, spécialistes de la musique du 18e et 19e siècle - et l'enregistrement de disques.