Quatre cantates automnales composées entre 1723 et 1726 se font entendre à la Philharmonie de Paris.

Raphaël Pichon et son ensemble Pygmalion poursuivent leur travail autour de l'œuvre religieuse et chantée de Johann Sebastian Bach.

LE PROGRAMME

Johann Sebastian Bach
Cantate BWV 146 " Wir müssen durch viel Trübsal"
Cantate BWV 27 "Wer weiss, wie nahe mir mein Ende"

Entracte

Johann Sebastian Bach
Cantate BWV 8 "Liebster Gott, wenn werd Ich sterben ?"
Cantate BWV 48 " Ich elender Mensch, wer wird mich erlösen"

Bach sacré

Les titres des quatre cantates choisies par le chef d'orchestre Raphaël Pichon sont évocateurs :
« Nous devons à travers bien des tribulations accéder au royaume de Dieu » - « Moi, misérable humain, qui me délivrera ? » - « Qui sait combien ma fin est proche ! » - « O mon Dieu bien-aimé, quand donc vais-je mourir ? ».
Ces œuvres de Bach traitent des douleurs de la vie humaine, passage obligé précédant la grande libération : rejoindre Dieu dans la mort. Un thème sacré, un thème en harmonie avec l'époque de Bach et la montée en puissance de la réforme protestante dont nous fêtons cette année les 500 ans. Un sujet cher au jeune virtuose Raphaël Pichon, puisqu'il y consacre sept concerts exceptionnels à la Philharmonie de Paris. Découvrez ici le deuxième volet de sa série "Bach".

La cantate BWV 48 est accompagnée de la performance de la compagnie de magie nouvelle 14:20, invitée pour l'occasion par l'Ensemble Pygmalion.
Pour en apprendre un peu plus, découvrez l'interview réalisé avec la compagnie : 

 

Distribution

  • Date 21 novembre 2017
  • Durée 1h 28min
  • Production Camera Lucida / Radio France
  • Compositeur Johann Sebastian Bach
  • Chef d'orchestre Raphaël Pichon
  • Orchestre Pygmalion
  • Danseurs Compagnie 14:20 Magie nouvelle
  • Solistes Joanne Lunn : soprano / Tim Mead : contre-ténor / Nick Pritchard : ténor / Christian Immler : basse