Annecy Classic Festival et son mécène russe providentiel

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 28/08/2014 à 17H43
Après avoir failli disparaître, Annecy Classic Festival propose désormais des concerts qui jouent à guichets fermés

Après avoir failli disparaître, Annecy Classic Festival propose désormais des concerts qui jouent à guichets fermés

© France 3 Culturebox

Jusqu’au 29 août, le Annecy Classic Festival s’installe sur les bords de celle qu’on surnomme la Venise des Alpes. Une cinquième édition qui se joue à guichets fermés. Une réussite que savourent d’autant plus les organisateurs que le festival a bien failli disparaître. Il doit sa survie et une partie de son succès à un mécène russe, Andreï Cheglakov.

Reportage : J. Ceroni / V. Habran / J-P. Ardito / E. Achard

https://videos.francetv.fr/video/NI_151489@Culture

Ce Festival d’Annecy a eu plusieurs vies. La première a commencé en 1967 sous la houlette de la pianiste française Eliane Richepin. Elle ouvre un centre musical international (CMIA) destiné aux jeunes musiciens  puis organise un cycle de soirées musicales baptisées « Nuits de piano » pour permettre à ces nouveaux talents de se produire. Dans les années 90, la créatrice du Festival en confie la direction à Pascal Escande, pianiste qui fut aussi son élève. En 1997, le CMIA devient Annecy Festival Estival & Académie (AFEA). Mais face aux difficultés financières, la survie du festival est menacée. 
 
Entrepreneur et...mélomane

C’est alors que Pascal Escande rencontre - par l’entremise de son ami le pianiste russe Denis Matsuev - un entrepreneur, russe lui aussi, mélomane et collectionneur d’art. Il s’appelle Andreï Cheglakov. Tombé sous le charme de la région, il décide de donner un coup de pouce au festival moribond. Il faut dire que Cheglakov a créé en Russie une Fondation (AVC Charity) destinée à encourager les projets culturels. Ce quadragénaire, ingénieur de formation est directeur général production du groupe d'imprimerie fiduciaire russe Goznak, un groupe qui compte 10 000 salariés. Son chiffre d'affaires annuel : 979 millions de dollars...

En 2010, alors qu'on célèbre l'année de la Russie en France, Andreï Cheglakov a fait un chèque de 500 000 euros pour le Festival, permettant à ce dernier de se maintenir sous le nom d'Annecy Classic Festival. Son carnet d'adresse (et peut-être son chéquier) lui a aussi permis de faire venir cette année là l'Orchestre philarmonique de Saint-Pétersbourg pour deux concerts exceptionnels, sous la direction de Youri Temirkanov. Depuis, les têtes d'affiche se succèdent dans la Venise des Alpes.