Mise en examen pour viols sur mineurs d'un professeur du conservatoire de Tours

Mis à jour le 22/02/2018 à 15H39, publié le 21/02/2018 à 17H07
Tours (Indre-et-Loire) : maisons autour de la place Plumereau

Tours (Indre-et-Loire) : maisons autour de la place Plumereau

© Grard Gsell / Photononstop

Le chef de chœur de la maîtrise du conservatoire de musique de Tours, âgé de 60 ans, a été mis en examen et incarcéré lundi pour "viols et agressions sexuelles sur mineurs de moins de 15 ans et plus de 15 ans par personne ayant autorité", a-t-on appris mercredi auprès du parquet tourangeau

Pilules artisanales

La procédure comprend également le chef d’"administration de substances nuisibles". Ce professeur fabriquait lui-même des pilules, notamment à base de somnifères, qu'il faisait prendre à des élèves en assurant qu'ils éviteraient ainsi de contracter "des maladies ou des rhumes des foins", a indiqué le procureur de la République de Tours Jean-Luc Beck. Le rôle exact de ces pilules sera déterminé lors de l'instruction, a-t-il précisé.

"Six à sept jeunes garçons" ont été entendus par les enquêteurs, faisant état d'actes de pénétration sexuelle commis alors qu'ils étaient âgés de 13 à 16 ans, lors de voyages à Paris pour des concerts organisés depuis 2014 par l'enseignant. Contrairement à ce qu'il prétendait auprès de ses élèves, ces séjours étaient organisés pendant des week-ends à l'insu du conservatoire, a indiqué le magistrat.

Récidiviste ?

Le procureur de la République a lancé un appel pour que d'éventuelles autres victimes se fassent connaître. L'enseignant, dont l'identité n'a pas été révélée, "reconnaît la matérialité des relations à caractère sexuel, mais nie toute forme de contrainte ou de violence", a indiqué le magistrat.

L'homme avait été poursuivi pour des faits similaires il y a une quinzaine d'années, mais il avait bénéficié d'un non-lieu en appel. Il avait alors engagé une procédure contre la ville de Tours et avait été réintégré au conservatoire.

Réaction du maire de Tours

Se déclarant "ému" lors d'une conférence de presse, le maire de Tours Christophe Bouchet (UDI) a exprimé sa "solidarité et compassion" à l'égard des victimes et de leurs familles. Dénonçant "un manipulateur hors-série" et un "personnage particulièrement retors et pervers", le maire de Tours a affirmé que l'enseignant avait "mis en œuvre toute une série de mesures pour déjouer la vigilance renforcée" dont il était l'objet depuis sa réintégration. En raison du "doute" qui subsistait à son égard, "la direction du conservatoire avait une vigilance de tous les instants", a-t-il assuré.

Christophe Bouchet, qui rencontrera mercredi soir à huis clos les parents des enfants de la maîtrise, a notamment indiqué que le chef de chœur "utilisait le nom du conservatoire et fabriquait des faux" pour faciliter ses agissements.