A Clermont-Ferrand, "L'enlèvement au sérail" transposé dans un cabaret viennois des années 30

Par @Culturebox
Mis à jour le 17/01/2018 à 16H02, publié le 17/01/2018 à 15H44
"L'enlèvement au sérail" de Mozart transposé à Vienne dans les années 30 sous la direction d'Emmanuelle Cordoliani

"L'enlèvement au sérail" de Mozart transposé à Vienne dans les années 30 sous la direction d'Emmanuelle Cordoliani

© France 3 / Culturebox

"L'enlèvement au sérail" a ouvert l'année 2018 du Centre lyrique Clermont-Auvergne. Mis en scène et adapté par Emmanuelle Cordoliani, l'opéra de Mozart s'installe dans un cabaret de Vienne des années 1930. Une nouvelle production qui tournera ensuite dans les quatre opéras participant au projet, du Grand Avignon, de Rouen Normandie, de Massy et de Reims.

A quelques heures de la première de "L'enlèvement au sérail" la concentration est palpable dans les coulisses de l'opéra de Clermont-Ferrand. Le centre Lyrique a été le premier à présenter cette nouvelle production de l'opéra de Mozart, revisité. Née sous la plume du compositeur de génie, cette histoire devait se dérouler en Turquie. Repensée par la metteure en scène Emmanuelle Cordoliani, c'est à Vienne, dans un cabaret des années 30, qu'elle se noue aujourd'hui et les femmes ont un rôle central. 

Reportage : V. Riffard / J. Jazeix / L. Bortolazzo / B. Ordas

https://videos.francetv.fr/video/NI_1164147@Culture

Transposer l'opéra de Mozart au XXe siècle

Dans la mise en espace originale d'Emmanuelle Cordoliani, l’orientalisme de l’opéra s’efface à la demande du Centre lyrique de Clermont. "On avait demandé à Emmanuelle Cordoliani d'éviter les costumes XVIIIe siècle, de ne pas être forcément dans un sérail tout en respectant la dramaturgie", explique Pierre Thirion-Vallet, Directeur général et artistique du Centre Lyrique Clermont- Auvergne.
enlèvement au sérail Clermont © France 3 / Culturebox
Le chef-d’œuvre de Mozart est ainsi transposé dans un cabaret viennois des années 30. Réécrits dans différentes langues, les textes répondent aux chants en allemand signés par le compositeur autrichien.

Des costumes années 1930 pour magnifier les femmes

Pour monter cet "Enlèvement au sérail", deux ans de travail ont été nécessaires. L'atelier couture a réalisé 35 costumes à partir des patrons créés par Julie Scobetzine. "On est partis sur des costumes années 30, ensuite j'ai cherché des documents et regardé beaucoup d'iconographie et puis ensuite je dessine selon les morphologies des personnes", explique la costumière. Sur scène, Katharine Dain qui incarne Konstanze s'impose dans une somptueuse robe rouge.
La soprano Katharine Dain

La soprano Katharine Dain

© France 3 / Culturebox
Au-delà de la dimension purement artistique, il s'agit d'abord de raconter une histoire, de défendre des idées. Avec "L'enlèvement au sérail", Mozart a choisi de plaider en faveur de la liberté, celle des femmes en particulier. Un thème cher à Emmanuelle Cordoliani qui a réécrit certains textes tout en gardant les idées. "A la fin du XVIIIe siècle on commence à voir émerger un discours égalitariste très fort, le personnage de Blondchen est très militante pour le droit des femmes et le respect d'autrui", explique la metteure en scène.
La chanteuse Elisa Cenni est une Blondchen des années 30 

La chanteuse Elisa Cenni est une Blondchen des années 30 

© France 3 / Culturebox

Des comédiens et des chanteurs sur scène

Ce sérail des temps modernes mélange sans complexe l'art lyrique et la comédie. Sur scène et dans la fosse, théâtre et chant se répondent. Contrairement au livret d'origine, le Pacha Selim, ne chante pas, c'est le comédien Stéphane Mercoyol qui campe avec sensualité le rôle.
Le comédien Stéphane Mercoyol et la chanteuse Katarina Dain

Le comédien Stéphane Mercoyol et la chanteuse Katarina Dain

© France 3 / Culturebox
Côté chanteurs, le casting de cet "Enlèvement" très spécial est constitué des lauréats du 25e Concours international de chant de Clermont-Ferrand. Dans le rôle de Konstanze, la jeune soprano américaine Katharine Dain donne la réplique au ténor vénézuélien César Arietta. Ce dernier qui intègre aussi la comédie dans son jeu, incarne un Pedrillo burlesque et pétillant. "C'est une surprise très agréable et un processus très intéressant", raconte le ténor. 
César Arrieta dans le rôle de Pedrillo 

César Arrieta dans le rôle de Pedrillo 

© France 3 / Culturebox
Dans la fosse, les musiciens de l'orchestre d'Auvergne dirigés par Roberto Fores Veses, doivent aussi se mettre au diapason : "L'orchestre n'est pas un simple accompagnateur, c'est un personnage important de l'opéra", souligne le chef.  

Après Clermont L'enlèvement au sérail part en tournée : 
* Opéra du Grand Avignon - 18 et 20 février 2018
* Opéra de Rouen Normandie - 3, 6, 8 et 10 avril 2018
* Opéra de Massy - 25 et 27 mai 2018
* Opéra de Reims - 13 et 15 janvier 2019

 

L'enlèvement au sérail Propos 2018

Le Tout-Vienne se damne pour une invitation au très sélect Sérail Cabaret. La réputation sulfureuse de son propriétaire, Selim le mystérieux, l’apatride, le nabab, le Pacha, expliquerait à elle seule ce furieux engouement. Que n’a-t-on pas dit sur le Sérail ? Le Pacha y séquestrerait la Konstanze, sa meneuse de revue. Les invités ne pourraient en repartir qu’après s’être acquittés d’une rançon somptuaire… Tout le monde sait que, depuis les débuts au cinéma de son chanteur de charme, Belmonte, tout est sens dessus dessous au Sérail. Il paraît même que le célèbre duo comique Osmin & Pedrillo est sur le point de se séparer… Mais ce soir, pour une représentation unique, Belmonte revient auréolé de ses succès hollywoodiens. Une soirée très privée aux airs de 1001 nuits, sur le toit du Sérail. Bien chanceux sont ceux qui pourront entendre la troupe reconstituée dans le chef-d’œuvre de Mozart… plus heureux encore ceux qui seront aux premières loges pour les retrouvailles de la belle Konstanze et de son premier amour. Ils verront de leurs yeux, jusqu’où la passion peut mener le Pacha.