Abus sexuels : le Metropolitan Opera attaque James Levine en justice

Publié le 20/05/2018 à 18H51
James Levine en répétition à la Salle Pleyel, à Paris, le 4 septembre 2007

James Levine en répétition à la Salle Pleyel, à Paris, le 4 septembre 2007

© Miguel Medina / AFP

Le Metropolitan Opera de New York a assigné en justice son ancien directeur musical James Levine, détaillant du même coup sept cas d'abus sexuels présumés mis au jour lors d'une enquête interne.

Dans cette plainte enregistrée vendredi devant la Cour suprême de New York, dont l'AFP a eu copie, le Met accuse James Levine d'avoir abusé ou harcelé sept personnes, à partir du milieu des années 1970 jusqu'en 1999. Le prestigieux opéra new-yorkais réclame un minimum de 5,85 millions de dollars de dommages et intérêts au chef d'orchestre, soulignant qu'il a failli à son "devoir de loyauté" et porté "un grave tort à la réputation et l'économie" de l'institution.

Des jeunes hommes sexuellement abusés

Le Met n'identifie pas les hommes supposément abusés, mais en évoque sept. Il cite notamment le cas d'un jeune musicien que le chef d'orchestre aurait obligé, à partir de 1986 quand il avait 16 ans, à participer à des séances de masturbation mutuelle, et qu'il aurait payé au fil des années quelque 50.000 dollars. Il cite aussi le cas d'un chanteur d'opéra, que James Levine aurait, après une audition, embrassé et caressé de force après l'avoir ramené chez lui en voiture et verrouillé les portières.

Sur ces sept cas, cinq n'étaient pas connus jusqu'ici, selon le New York Times, qui avait, début décembre, avec le New York Post, lancé ce scandale en publiant les premières révélations. Dans sa plainte, le Met réfute aussi les accusations de James Levine, qui avait, juste après son licenciement en mars, attaqué son employeur en justice pour rupture de contrat et diffamation. Le chef d'orchestre réclamait au moins 5,8 millions de dollars de dommages et intérêts.

James Levine accuse le Met de mener une vendetta contre lui

James Levine, qui n'a fait jusqu'ici l'objet d'aucune poursuite pénale, a rejeté toutes les accusations d'abus sexuels et accusé la direction du Met de profiter du mouvement #MeToo pour poursuivre une vendetta contre lui. Il avait pris officiellement sa retraite après la saison 2015-16, après 40 ans à la direction musicale du Met, pour raisons de santé mais restait directeur musical honoraire et était revenu diriger l'orchestre plusieurs fois. Sa dernière prestation remonte au 2 décembre 2017, pour le "Requiem" de Verdi. Le chef québecois Yannick Nézet-Seguin a depuis pris sa succession.