Abbaye du Thoronet : le mariage de la voix et de la pierre

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 15/08/2013 à 16H25
Un lieu propice au chant liturgique © France 3 / Culturebox

L’abbaye cistercienne du Thoronet (Var) est l’un des haut-lieux français du chant grégorien. On dit qu'elle possède avec le Taj-Mahal en Inde, le temps de résonnance le plus long du monde. Chaque dimanche des messes y sont chantées en grégorien, mais cet été, l'académie de musique ancienne y a organisé des stages. Ils se sont achevés le 14 août par un concert.

Reportage : Denise Delahaye, Jean-Marc Sara, Philippe  Millois et Jimmy Juvigny

https://videos.francetv.fr/video/NI_137681@Culture

Un art liturgique ancien qui remonte au XIème siècle
Le chant liturgique latin que l’on dit "grégorien" est issu de différents répertoires allant de l’Espagne aux Gaules du Nord-Est, en passant par l’Aquitaine, l’Italie du Nord et Rome au IVème siècle et héritier sans doute de traditions musicales plus anciennes. Mais le grégorien liturgique tel qu’on le connait est apparu en 765 à Metz sous la direction d’un évêque proche de Charlemagne.
Des stagiaires, musiciens professionnels

© France 3 / Culturebox
Le grégorien obéit à des règles formelles très codifiées. C’est une forme musicale qui appelle à la méditation,  à la contemplation intérieure et invite à la prière.
Ces chants qui rythmaient tous les offices de l’église, se chantent exclusivement en latin et ne sont jamais orchestrés ou accompagnés d’instruments qui en modifieraient la structure. Seule la voix peut permettre ces modulations si particulières.
Dominique Vellard, directeur de l'Académie de musique ancienne du Thoronet © France 3 / Culturebox