Nantes : les graffeurs réhaussent le mur de Berlin

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 13H39, publié le 01/11/2009 à 12H18
Nantes : les graffeurs réhaussent le mur de Berlin

Nantes : les graffeurs réhaussent le mur de Berlin

© Culturebox

https://videos.francetv.fr/video/NI_96779@Culture

A l'occasion des commémorations du 20ème anniversaire de la chute du mur de Berlin et de la réunification allemande, différentes manifestations sont organisées en France, entre la fin octobre et la mi-novembre 2009, comme c'était le cas à Nantes les samedi 31 octobre et dimanche 1er novembre 2009.

A Nantes, il a fallu ré-inventer le Mur. A Los Angeles, ce sont dix véritables pans du Mur, de deux tonnes et demi chacun, qui sont arrivés par bateau jusqu'en Californie pour être installés face au Musée d'Art de la ville. "C'est à peine croyable, le Mur vient de tomber" répétaient à l'envie, ce jour-là, les commentateurs de radios. Ce 9 novembre 1989, c'était un peu comme un 11 septembre, l'évènement était là, mais il semblait presque trop irréel. 3,6 mètres de haut sur 106 kilomètres de long, la muraille qui scindait l'Europe en deux, depuis 1961, venait donc s'effondrer sous les coups conjugués des manifestants et de la Pérestroïka. 20 ans plus tard, Checkpoint Charlie, quelques graffitis sur un vestige du mur et le son enregistré du violoncelle de Rostropovitch sont encore les témoins de cet évènement renversant. Trois vieillards, dont les noms resteront
gravés dans l'histoire : Helmut Kohl, George Bush et Mikhaïl Gorbatchev, sont venus évoquer leurs souvenirs respectifs de ces grandes heures. 20 ans plus tard, l'Europe a achevé son unification et, semble-t-il, définitivement réparé les blessures de la Seconde Guerre mondiale. Pour autant,  l'Europe des 27 doit aujourd'hui faire face à de nouveaux murs. Ceux qu'elle entend ériger à ses frontières, à Ceuta ou à  Melilla, pour se protéger des vagues migratoires. Celui qui continue de diviser physiquement les deux parties, grecques et turques, de l'île chypriote. Ou plus pernicieux encore, ces murs de haine qui se dressent à l'intérieur même de l'Europe, au nom des logiques nationalistes, qui l'ont déjà conduite aux pires divisions et au Mur de la honte.

->Voir aussi ce reportage sur une exposition de photo du mur de Berlin
-> Francetélévisions au coeur de l'événement
-> revoir ces documents d'archives sur l'INA.fr