Un musée dédié à ABBA ouvre à Stockholm

Par @Culturebox
Mis à jour le 20/04/2013 à 10H57, publié le 20/04/2013 à 10H46
Matthias Hansson, directeur du musée ABBA

Matthias Hansson, directeur du musée ABBA

© Alexander Natruskin / RIA NOVOSTI

Les fans d'ABBA, le légendaire groupe de pop, retiennent leur souffle: plus que quelques semaines et ils pourront enfin découvrir le musée consacré aux géants de la musique suédoise, en plein coeur de Stockholm.

Après "ABBA The Movie" en 1977 et l'exposition itinérante "ABBA World" en 2010, ABBA The Museum ouvre le 7 mai. Le bâtiment recouvert de bois clair est presque prêt, et les camions s'y succèdent pour livrer meubles et pièces de collection. Un hôtel et le Swedish Music Hall of Fame ouvriront leurs portes au même endroit.
Les ouvriers se pressent pour achever dans les temps ce temple à l'ode des vrais vainqueurs de Waterloo, tube qui avait triomphé à l'Eurovision 1974. "Nous allons offrir aux visiteurs une expérience unique", assure le directeur du musée, Mattias Hansson. Les fans qui ont rêvé d'être le cinquième membre d'ABBA pourront, le temps d'une chanson, se produire sur scène en compagnie virtuelle des musiciens et chanteurs.
ABBA chante "Waterloo" lors du concours de l'Eurovision à Brighton (Angleterre) en 1974
Dans une pièce consacrée au succès "Ring Ring" trônera un téléphone des années 70. Seules quatre personnes connaissent le numéro : les membres d'ABBA évidemment. "C'est l'idée de Frida (Anni-Frid Lyngstad), (...) donc bien sûr elle va appeler", assure la conservatrice, Ingmarie Halling. D'heureux visiteurs auront la chance de pouvoir converser avec elle ou l'une des trois autres vedettes du groupe, Agnetha Fältskog, Benny Andersson et Björn Ulvaeus.
Clip vidéo de "Ring Ring" par ABBA en 1973
La musique sera naturellement présente. "On doit avoir la meilleure isolation du monde pour permettre aux pièces de diffuser une musique différente", plaisante M. Hansson. Mais selon lui, les visiteurs n'afflueront pas pour réécouter les chansons, que beaucoup connaissent par coeur, mais pour revivre les années d'activité du groupe, qui ne s'est pas retrouvé sur scène depuis 1982.
Le musée, sur cinq étages dont deux en sous-sol, présentera également nombre des extravagants costumes de scène, des disques d'or et des environnements dans lesquels a créé et chanté ABBA, du studio d'enregistrement à leur loge.
ABBA en concert en Australie chante "Dancing Queen" en 1977
Les visiteurs "vont pouvoir vivre ce que les membres d'ABBA ont vécu", au son de leurs voix, promet Ingmarie Halling. Car dans l'audioguide les membres du groupe racontent son histoire.
Styliste du groupe entre 1976 et 1980, une époque "drôle et magnifique", Mme Halling se félicite que les quatre musiciens se soient engagés dans la conception du musée. Björn Ulvaeus préside le conseil d'administration du musée et s'en est porté garant. "Benny, Agnetha et Frida sont aussi impliqués. Ils prêtent pas mal de trucs et je les appelle, je parle de mes idées et ils me disent: vas-y, fonce!", explique-t-elle.
Ingmarie Halling, conservatrice du musée ABBA à Stockholm, pose devant l'édifice

Ingmarie Halling, conservatrice du musée ABBA à Stockholm, pose devant l'édifice

© JONATHAN NACKSTRAND / AFP
Ces quatre Suédois ont marqué les années 70 avec leurs mélodies entraînantes, leur exubérance vestimentaire et leurs clips kitsch. Mais leur popularité dépasse largement le clan des nostalgiques. Grâce notamment à la comédie musicale Mamma Mia, créée en 1999, puis au film éponyme, sorti en 2008, la musique d'ABBA a su toucher un public qui n'était pas né à l'époque de sa création.
Clip Vidéo de "Mamma Mia" par ABBA en 1975
Depuis 1974, le groupe, qui s'est produit pendant dix ans, a vendu 378 millions d'albums dans le monde. Seuls Elvis Presley et les Beatles ont fait mieux.
"Nos bureaux sont à côté de ceux de Benny Andersson. Quand je raconte ça à l'étranger et dis que je le croise dans la rue, les gens sont là: non, c'est vrai, il marche dans la rue comme ça?", raconte Jeppe Wikström, un éditeur de 50 ans, qui travaille à la publication d'un livre de photographies inédites du groupe. 
Sur internet, les billets (195 couronnes soit 23 euros) des premières semaines sont déjà presque totalement vendus, majoritairement à des étrangers, estime le directeur du musée.
"The Winner takes it all" par ABBA à la télévision française en 1980
"Ça va être vraiment excitant, et que Björn Ulvaeus soit autant impliqué rend le musée spécial", se réjouit Micke Bayart, 45 ans, qui a présidé le fan-club officiel dans les années 80. "ABBA fait partie de l'histoire musicale de la Suède, ce n'est que justice qu'un musée leur soit consacré: ils prennent leur place", affirme-t-il.
Les promoteurs refusent de communiquer des projections sur la fréquentation. Mais si le musée est plein, les touristes imprévoyants devront se satisfaire des costumes présentés en vitrine dans les couloirs de l'aéroport de Stockholm.