Les chœurs de l'Armée rouge en tournée, de Kalinka à Daft Punk

Par @Culturebox
Publié le 24/10/2015 à 15H42
Les choeurs de l'Armée Rouge en juin 2015

Les choeurs de l'Armée Rouge en juin 2015

© GUVEN YILMAZ / ANADOLU AGENCY

Les chœurs de l'Armée rouge sont en France jusqu'au 8 novembre 2015. Autrefois destinée à magnifier la Révolution soviétique, la formation militaire faisait le tour des cantonnements pour soutenir le moral des combattants. Aujourd'hui, l'armée russe n'est plus "rouge" mais les chœurs en ont conservé l'adjectif et tournent dans le monde entier, ajoutant des morceaux modernes à leur répertoire.

Ils sont toujours militaires, ils sont toujours alignés en uniformes alourdis de multiples décorations, ils chantent toujours Kalinka et s'appellent toujours les chœurs de l'Armée rouge. Tout cela est vrai et pourtant, c'est un trompe-l'oeil. L'Armée rouge avait été créée sous l'empire russe par les bolcheviks. C'était donc alors une troupe factieuse. Elle garda ce nom d'Armée rouge jusqu'à l'immédiat après-Seconde guerre mondiale, prenant alors le nom d'Armée soviétique. Mais l'habitude est restée, tout le monde a continué de l'appeler l'Armée Rouge.

Aujourd'hui, elle n'est plus rouge, les bolcheviks ou ce qu'il en restait, ont rendu les clés de la maison Russie en 1991, le pays a adopté le principe d'un régime démocratique, un ancien agent du KGB en est le président élu mais les chœurs sont toujours ceux de l'"Armée rouge" !

Reportage : P. Deschamps / J. Knock / V. Lerouge / V. Polanski / H. Verlos / L. Petit / C. Ferron

https://videos.francetv.fr/video/NI_533828@Culture


Dans leurs chants, les Chœurs de l'Armée rouge ne défendent plus les principes collectivistes. L'époque est aujourd'hui lointaine, lorsqu'en pleine Guerre froide et à l'occasion d'une précédente tournée française, une Mireille Mathieu pas encore soutien de Nicolas Sarkozy, levait le poing en criant le mot "Révolution" devant l'alignement d'uniformes soviétiques.

L'amateur de grosses voix viriles retrouvera les chants qui ont fait la réputation du groupe. On y entend souffler le blizzard et siffler la vodka. Ils sont porteurs de toute une histoire, voire d'une mythologie, qui va du siège de Stalingrad au Docteur Jivago. Mais aujourd'hui, les Choeurs diversifient leur répertoire et, ô surprise, on y trouve désormais aussi bien des morceaux des Beatles (Back in the USSR) que des compositions de Daft Punk (Get lucky).

Les Russes chantent eux aussi coiffés non pas de casques mais de casquettes d'officiers. Ils dansent, se trémoussent et donnent, il faut bien le reconnaître, un spectacle ressemblant parfois à une parodie de ce qu'ils furent. Ils ne sont sans doute pas dupes, eux-mêmes, de cette image qu'ils promènent dans le monde entier, bien conscients de représenter à la fois un monde disparu, le système soviétique et une tradition plus forte que la politique, l'âme russe.

> Les dates de la tournée des Chœurs de l'Armée rouge ici