Dernier bal musette en noir pour André Verchuren

Mis à jour le 18/07/2013 à 10H36, publié le 17/07/2013 à 17H24
L'accordéoniste André Verchuren en septembre 1977.

L'accordéoniste André Verchuren en septembre 1977.

© AFP

Plusieurs centaines de personnes, anonymes, proches et célébrités, ont assisté mercredi aux obsèques de l'accordéoniste André Verchuren, décédé le 10 juillet à l'âge de 92 ans, à l'église Notre-Dame-de-l'Assomption de Chantilly (Oise).

Reportage : J-P.Rey/M.Nezzari/P.Hill/O.Bounaud/J.Cortinovis/
F.Labigne

https://videos.francetv.fr/video/NI_136831@Culture

La foule, vêtue de noir, se pressait à l'intérieur de l'église pour rendre un dernier hommage au roi du bal musette, aux côtés de ses proches et de célébrités, telle l'accordéoniste Yvette Horner.

"C'était un grand ami, un des plus chers membres de la famille des accordéonistes. Il représente tant de choses pour la musique française...", a déclaré Yvette Horner, l'accordéoniste à la chevelure de feu, aussi connue que celui à qui elle était venue dire adieu.
   
Avant le début des obsèques, les anciens compagnons des tournées musicales d'André Verchuren ont joué sur le parvis de l'église certains de ses grands titres, comme "Les Fiancés d'Auvergne" ou "Perle de Cristal".
Toutes les générations
"André Verchuren était le symbole d'une époque, celle des bals musette et celle de ma jeunesse", a expliqué à l'AFP Jacqueline Virgile, 86 ans, confiant avoir "bien dansé et bien vécu" au son des chansons de l'accordéoniste.
   
"Sa musique est indémodable et immortelle. Elle fait danser quelles que soient les générations", a témoigné Jean-Luc Namur, 47 ans, accompagné de son fils Florian, 18 ans, avec qui il organise des bals musette dans le village natal d'André Verchuren, Neuilly-sous-Clermont (Oise). "Quand on met quelques chansons d'André Verchuren en début de soirée, on  est certain de faire danser les gens", assure Florian, 18 ans.
A la fin de la cérémonie, un attroupemment s'est formé autour de Menzo, 9  ans, qui a interprété sur un petit accordéon un des titres phares du roi du bal musette.
"Il aurait voulu mourir sur scène"
Les notes joyeuses des accordéons font parfois oublier à l'assemblée qu'il s'agit d'un enterrement. Certains sifflotent, d'autres esquissent quelques pas 
de danse. Pour Gérard Sautour, ami de la famille, c'était le souhait d'André Verchuren, "qui aurait voulu mourir sur scène". "Il a passé sa vie à faire danser les Français, il ne voudrait pas qu'ils pleurent aujourd'hui", a-t-il affirmé.
"C'était quelqu'un qui incarnait la joie de vivre, en ces temps moroses. Il a d'ailleurs eu l'élégance de mourir à une date qui l'incarnait, entre le Tour de France et le 14 juillet", a salué Eric Woerth, maire de Chantilly où l'accordéoniste a vécu plus de cinquante ans.
André Verchuren est décédé mercredi dernier d'un arrêt cardiaque alors qu'il dînait dans une pizzeria de Chantilly.
   
Le musicien avait commencé à jouer de l'accordéon à 4 ans et n'a cessé d'animer des bals musette qu'un an avant sa mort. Connu pour ses titres "Chouchou de mon coeur", "On va faire la java" ou encore "Quiche Lorraine", il déclarait en 1992 au Parisien avoir vendu plus de 70 millions de disques, enregistré 777 albums et "fait danser 17 millions de couples à travers le monde".