Stromae raconte le pourquoi de son absence, mais aussi son présent et son futur à Laurent Delahousse

Mis à jour le 19/04/2018 à 09H51, publié le 09/04/2018 à 17H31
Le chanteur Stromae, invité de "19h le dimanche" de Delahousse sur France 2.

Le chanteur Stromae, invité de "19h le dimanche" de Delahousse sur France 2.

© France Télévisions

Stromae, très discret depuis la fin de sa dernière tournée en 2015, était l'invité de "19h le dimanche soir" de Laurent Delahousse sur France 2. Dans ce long entretien en compagnie de sa compagne Coralie Barbier et de son frère Luc Junior Tam, il est revenu sur ses soucis de santé, sur la scène, la musique mais aussi sur leur griffe Mosaert, dont la nouvelle collection est présentée au Bon Marché.

1.
Un médicament anti-paludisme l'a beaucoup affecté 
Mais où était passé Stromae, disparu de la circulation depuis près de trois ans ? "J'étais chez moi à Bruxelles et je voyageais un peu", a répondu le maestro belge tout sourire à Laurent Delahousse dimanche 8 avril 2018. "J'avais besoin d'enlever tout ce que j'avais sur les épaules, toute cette pression qu'amène le succès. J'avais juste besoin de me retrouver, moi, auprès de mes proches, à plus forcément faire de la musique, à plus être sur scène non plus."

"J'avais quand même fait 200 concerts en deux ans, ce qui était quand j'y repense un nombre insensé. (...) Comme dans n'importe quel métier, quand on travaille de trop, on arrive à un burn-out", a-t-il ajouté. Certes, le stress et la fatigue de la tournée ont pesé. Mais également le Lariam. Les effets secondaires de ce traitement préventif contre le paludisme pris dans le cadre de sa tournée en Afrique, avaient plongé Stromae dans la dépression, et même dit-on, au bord du suicide, en juin 2015. 

Ses proches, et en particulier sa compagne, la styliste Coralie Barbier épousée en décembre 2015,  avouent avoir eu peur. "L'élément déclencheur c'est la prise de ce médicament. Donc il me fallait le temps de me reconstruire car ce n'était pas super chouette", a expliqué l'auteur de "Papaoutai" à Laurent Delahousse. "Ne plus faire confiance à son psychisme est quelque chose d'assez perturbant. Maintenant j'en sais un peu plus sur les maladies mentales, ça fait un élément en plus dans mon bagage", a-t-il positivé. De fait, il arbore aujourd'hui un visage épanoui, remplumé, surtout comparé à ses traits émaciés de 2015.
2.
Son nouveau titre, "Défilé", a été écrit pour sa marque Mosaert
S'il est remonté sur scène le 28 mars lors d'un concert d'Orelsan à Bruxelles, pour interpréter "La pluie", un titre qu'il a produit, Stromae effectue son vrai retour ces jours-ci via une autre facette : celle de la mode et de la décoration, avec la griffe de prêt-à-porter Mosaert qu'il gère avec sa compagne Coralie Barbier et son frère Luc Junior Tam. La cinquième collection de la marque, inspirée cette fois par l'Art nouveau, et complétée par quelques éléments de mobilier et du linge de maison, est présentée jusqu'au 13 mai au Bon Marché, où un défilé haut en couleurs a eu lieu vendredi dernier.

A cette occasion, Stromae a composé un nouveau morceau long de 10 mn, "Défilé", qui sera disponible sur les plateformes le 25 avril et accompagnera les images du défilé qui sera visible "en fin de mois". "Pour une fois je n'ai pas écrit pour moi mais pour la collection et pour Coralie. C'était un chouette exercice", se souvient-il. La chanson "parle de la beauté, de la marche, un catwalk, on dénoue les fils de la vie, des choses qu'on ne peut pas rembobiner, pas mal de jeux de mots sur les fils et les vêments".

3.
Comment Stromae a-t-il eu l'idée du clip "Formidable" ?
Souvenez-vous, dans le clip de "Formidable", Stromae titubait, hagard, dans une rue du centre de Bruxelles. Une scène criante de vérité d'un chanteur à la dérive que certains passants tentaient d'aider. "Qui a eu cette idée ?", demande Laurent Delahousse.

"J’étais dans ma voiture à une station à essence en train de manger et des mecs viennent m’ennuyer", se souvient Stromae. "Une histoire un peu banale. Ils me demandent ce que je fais dans cette belle voiture. Bref, ils me racontent des trucs à deux balles." Dans une vidéo filmée au smartphone, ces personnes lui disent : "Tu fais la star. Tu fais la grande star à la télé tout ça…" Le chanteur répond sans perdre son calme "Non, je ne fais pas la star."

Ce qui l'a ensuite frappé c'est que tous les médias ont relayé cette vidéo amateur alors qu'il avait sorti un nouveau clip juste avant. Mais visiblement "les médias étaient plus interessés par cette vidéo de moi dans ma voiture en train de me faire ennuyer plutôt que par un clip que je venais de sortir. Je me suis dit 'Bon, ils veulent du sang ? Je vais leur en donner'. Et c'est comme ça que "Formidable" est arrivé."
4.
La musique, oui, mais désormais à son rythme
Aujourd'hui, Stromae continue à faire de la musique a reconnu sa compagne, car "c'est sa vraie passion, ça fait partie de son bonheur". La créativité "est toujours là", a confirmé Stromae. Mais la musique qu'il compose n'a pas forcément vocation à sortir, a-t-on compris entre les lignes. L'indépendance dont il jouit actuellement, puisqu'il n'a plus de contrat avec une maison de disques, est une liberté qui lui convient parfaitement. 

La musique et la scène, "je reconnais que c'est quelque chose dont je ne pourrais pas me passer. Par contre, la façon dont j'envisagerai la suite, une tournée, un album, ce sera à un rythme beaucoup plus sain et reposé."

L'intégralité de l'entretien de Stromae est à retrouver sous ce lien, à partir de 18:00 mn avec des extraits du défilé Mosaert.