Springsteen et 50.000 Norvégiens réunis pour un concert commémoratif à Oslo

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 15H16, publié le 23/07/2012 à 09H18
Bruce Springsteen, sur la scène du City Hall Square à Oslo

Bruce Springsteen, sur la scène du City Hall Square à Oslo

© Vegard Groett / AFP

Avec Bruce Springsteen en "guest star", des dizaines de milliers de Norvégiens ont assisté dimanche à Oslo à un concert commémoratif en l'honneur des 77 personnes tuées il y a un an jour pour jour par Anders Behring Breivik.

Selon les estimations de la police, quelque 50.000 personnes, dont le couple princier et Premier ministre Jens Stoltenberg, ont bravé la pluie sous des capuches et des parapluies pour rendre hommage aux victimes des attaques perpétrées par l'extrémiste de droite le 22 juillet 2011.

Grande vedette de la soirée, Springsteen a interprété un titre visiblement choisi avec soin, "We shall overcome" ("Nous triompherons"). Le "boss", dont la venue était par avance pressentie mais pas confirmée, a professé sa foi pour la "démocratie" et la "tolérance" et a dédié sa chanson à toutes les familles qui ont perdu un des leurs.

Le 22 juillet 2011, Breivik avait ouvert le feu sur un camp d'été de la Jeunesse travailliste sur l'île d'Utoeya, tuant 69 personnes, principalement des adolescents, juste après avoir fait exploser une bombe près du siège du gouvernement à Oslo, faisant huit morts.

Jens Stoltenberg, premier ministre de Norvège (au centre), a assisté au concert

Jens Stoltenberg, premier ministre de Norvège (au centre), a assisté au concert

© Vegard Groett/AFP
Roses et receuillement

Dimanche, de nombreux spectateurs agitaient des roses, symbole du parti travailliste pris pour cible le 22 juillet 2011 devenu depuis un symbole de recueillement national.

Toujours dans le registre du symbolique, le concert a été présenté par Mona Haddy N'jie, née de mère norvégienne et de père gambien, une incarnation du multiculturalisme abhorré par Breivik.

Autre symbole, l'artiste irano-suédoise Laleh a été l'une des premières à se produire sur la scène géante installée entre l'Hôtel de ville et le fjord d'Oslo, avec un titre évocateur "Some die young" ("Certains meurent jeunes") qui ne manquait pas de rappeler les adolescents morts sur Utoeya.