"Respect" : il y a cinquante ans Aretha Franklin en faisait un hymne féministe

Par @Culturebox
Mis à jour le 26/04/2018 à 18H32, publié le 26/04/2018 à 18H22
Aretha Franklin sur la scène du festival de jazz d'Antibes en juillet 1970

Aretha Franklin sur la scène du festival de jazz d'Antibes en juillet 1970

© Daniel Lefevre / Ina

Il y a cinquante ans, Aretha Franklin surnommée "The Queen of Soul" entrait dans l'histoire de la musique américaine en reprenant "Respect", une chanson écrite et composée par un autre monstre sacré : Otis Redding. Son interprétation modifie le sens de l'oeuvre. la justification macho de Redding se mue en hymne féministe pour finir par éclipser la version originale.

En 1968, à 26 ans, Aretha Franklin chante déjà depuis 12 ans. Comme nombre de jeunes voix noires, elle a commencé dans les choeurs de gospels. Chanteuse de l'orchestre de son père pasteur baptiste à Detroit, elle abandonne les études à 16 ans, lors de la naissance de son deuxième enfant.  Aretha est déjà mère depuis l'âge de 14 ans. Mal aiguillée dans un premier temps, ses tentatives dans le jazz ne débouchent pas vraiment. C'est dans le rhythm and blues et la soul que la jeune femme va réussir, au point de finir première du classement "meilleurs chanteurs de tous les temps" du magazine Rolling Stone.


Reportage : L. Hakim / C. Vignal / P. Touileb / F. Fontaine

https://videos.francetv.fr/video/NI_1226181@Culture



Entre temps, il y aura eu 1968 et  "Respect". Pour Aretha Franklin, c'est cette chanson qui a fait sauter le verrou vers le succès. L'artiste l'a "empruntée" à Otis Redding. Dans la version originale l'interprète, un homme qui réclame un peu de "respect" à sa femme, se pose en macho, le maître de la maison exigeant ce qu'il estime être son dû. Dans la voix et la version d'Aretha Franklin, dans le couplet qu'elle rajoute épelant le mot "R.E.S.P.E.C.T.", la rengaine justificatrice devient un hymne féministe tout a fait en phase avec l'époque.

"Respect" en public en France

On est en effet en pleine effervescence autour des droits civiques, droits des minorités, droits des Noirs, droits des femmes. "Respect" prend alors un tel caractère universel et son orchestration est si réussie qu'elle figure encore parmi les chansons les plus diffusées dans le monde. Aretha Franklin a reçu deux Grammy Awards en 1968 dans les catégories "Best Rhythm & Blues Recording" and "Best Rhythm & Blues Solo Vocal Performance, Female".