La mort de Prince, légendaire Kid de Minneapolis

Par @Culturebox
Mis à jour le 28/04/2016 à 14H53, publié le 21/04/2016 à 19H07
Prince au Stade de France en 2011

Prince au Stade de France en 2011

© Bertrand Guay/AFP

Pendant de longues minutes, on a espéré que cette incroyable nouvelle serait démentie. Cité par l'AFP, l'attaché de presse de Prince Nelson, 57 ans, le plus célèbre "Kid de Minneapolis" et star légendaire de la pop et du funk, a confirmé que l'artiste était mort ce jeudi matin dans sa résidence de Paisley Park. Depuis, les hommages se multiplient pour saluer un artiste unique et visionnaire.

Au départ, c'est la chaîne bien informée TMZ qui a annoncé la mort du chanteur, indiquant que son corps sans vie avait été retrouvé dans son studio de Paisley Park, à Chanhassen, près de Minneapolis. TMZ avait précisé que le shérif du comté où résidait Prince avait tweeté qu'une "enquête était ouverte pour un décès à Paisley Park", sa résidence, mais sans donner d'identité.
 

L'agence Associated Press, puis l'Agence France Presse, ont confirmé la nouvelle à leur tour, l'AFP citant l'attaché de presse de l'artiste : "C'est avec une profonde tristesse que je confirme que le légendaire interprète, Prince Rogers Nelson, est mort dans sa résidence de Paisley Park ce matin", selon les termes de sa porte-parole Yvette Noel-Schure.

Commentaire : Éric Cornet


Il y a quelques jours, le 15 avril, Prince avait été hospitalisé après un concert, pour des symptômes grippaux. Son avion avait dû faire un atterrissage d'urgence en pleine nuit dans l'Illinois afin qu'il puisse être soigné au plus vite, avait reporté le site de Rolling Stone. Mais il était apparu dès le lendemain sur la scène de Paisley Park, près de son domicile, pour une brève performance. D'après TMZ, ses récents problèmes de santé l'avaient amené à annuler deux concerts.

Reportage K. Singh / M.P. Degorce / E. Goldstein

https://videos.francetv.fr/video/NI_685333@Culture


Artiste de légende et musicien novateur

Né le 7 juin 1958 sous le nom de Prince Rogers Nelson, à Minneapolis, surnommé "le Kid de Minneapolis", Prince était l'une des plus grandes stars pop de sa génération. Il a été l'un des artistes les plus célèbres et admirés des années 80 et 90, grâce à des tubes comme "Purple Rain", "When doves cry", "Cream", "Girls & Boys", "Kiss", qui ont fait danser la planète, mêlant riffs de guitare et rythmes funk.

Reportage: V.Gaget, I.Baechler, D.Wolfromm, T.Lebraz, N.Auer, Y.Moine, D.De St Jore
 

https://videos.francetv.fr/video/NI_686053@Culture


Mesurant moins d'1,60 m, mais ayant une personnalité surdimensionnée, anticonformiste et rebelle, il était une authentique bête de scène, au style dandy et jouant volontiers sur l'androgynie. Féru d'expérimentations musicales, il avait su créer ce son très novateur et aisément identifiable, entre funk et rock, que l'on entend déjà dans l'album "Contreversy" (1981), puis "Purple Rain" (1984) et "Around the world in a day" (1985).

En 1986, l'album "Parade", qui constituait la bande originale de son film "Under the Cherry Moon", marquait la dernière collaboration de Prince avec son fameux groupe The Revolution. On y retrouve "Kiss", qui reste aujourd'hui sa chanson la plus populaire.
 


Dans les années 80, Prince avait parfois été présenté comme un rival de Michael Jackson, qui avait le même âge que lui.

Construit après l'énorme succès de "Purple Rain", son album culte de 1984, le domaine de Paisley Park était devenu le centre de création de la star de Minneapolis. L'ensemble comprend des studios, une salle de concert et une chambre forte pour ses enregistrements originaux.

Ces dernières années, Prince avait tenté de prendre de court les revendeurs de billet en annonçant ses concerts quelques heures seulement avant de monter sur scène. Le mois dernier, alors qu'il avait entamé une série de concerts, Prince avait aussi annoncé qu'il allait publier ses mémoires, dont son éditeur avait prédit qu'ils seraient "anticonformistes".

Le musicien, qui était resté prolifique, s'était récemment converti au streaming, estimant qu'internet lui donnait plus de liberté artistique. Dans les années 1990, en conflit avec sa maison de disques, Prince avait changé son nom pour un imprononçable "Love symbol". Il avait inscrit le mot "esclave" (slave) sur sa joue pour protester contre les conditions contractuelles qui le liaient alors à son label Warner.

Plus connu comme guitariste, chanteur et danseur, Prince avait récemment organisé des concerts dans ses studios de Paisley Park, dans le Minnesota, et en Australie, durant lesquels il avait joué du piano en solo, déclarant qu'il voulait se confronter à un nouveau défi artistique.

La mort de Prince intervient trois mois et quelques jours après celle d'une autre légende absolue de la musique, David Bowie.

Le monde des arts sous le choc

La chanteuse Madonna a salué sur son compte Instagram "un artiste visionnaire" qui a "changé le monde", se disant "effondrée" et partageant une photo d'elle au côté de son compatriote, tous deux vêtus de jaune.

Mick Jagger a consacré plusieurs tweets à Prince, se disant "profondément choqué" et saluant "un artiste révolutionnaire" dont le talent était "sans limite".


La popstar Katy Perry a été l'une des premières à réagir sur Twitter : "et tout d'un coup... le monde a perdu beaucoup de sa magie. Repose en paix Prince! Merci de nous avoir tant donné".

Le cinéaste Spike Lee a rendu hommage à Prince sur son compte Tweeter et sur son compte Instagram : "Mon frère me manque. Prince était un rigolo. Grand sens de l'humour."

La chanteuse Aretha Franklin a déclaré dans un entretien par téléphone avec la chaîne MSNBC : "C'est un tel choc. C'est vraiment surréaliste. C'est tout simplement incroyable. Prince était sans aucun doute un original et quelqu'un d'unique."

"C'est ce qu'on entend quand les colombes pleurent", a pour sa part écrit l'actrice Whoopi Goldberg sur Tweeter, allusion à l'un des titres les plus connus de Prince, "When Doves Cry".

"Repose en paix Prince bien-aimé. Larmes et amour de notre bus de tournée... Je n'oublierai jamais mon frère. Nous avons passé de bons moments", a également écrit sur le réseau social le musicien, producteur et guitariste américain Nile Rodgers.

L'acteur Samuel L. Jackson a exprimé sa consternation sur Twitter : "Je suis effondré ! (...) Énorme perte pour nous tous ! Quel génie ! Sans voix."

"Nous sommes dévastés d'apprendre les nouvelles sur Prince. C'était un énorme talent et nous étions de grands fans", ajoute le compte Twitter du groupe de pop britannique Duran Duran.

Wyclef Jean lui a également rendu hommage : "Repose en paix Prince, merci de m'avoir inspiré, d'être un musicien de premier ordre et d'avoir aidé, par ce don, à guérir les gens."

La ministre française de la Culture, Audrey Azoulay, a déclaré dans un communiqué : "Prince était l'essence même de la création, un artiste total: auteur-compositeur-interprète, danseur, multi-instrumentiste et un homme de scène hors pair. Prince, c'est plus de 30 ans de ferveur, de passion, de musique qui a fait vibrer le monde entier. Sa passion était entière et surtout généreuse. Il a révélé son époque à elle-même dans la joie de sa musique et dans sa liberté. Il s'est affranchi de toutes les conventions pour ne servir pleinement que sa passion et a entraîné avec lui les artistes et le grand public. La musique aussi a ses génies. Prince en était un."

Le président américain Barack Obama a salué "une icône créatrice" et "un artiste qui enflamme", ajoutant sur Twitter : "'Un esprit puissant transcende les règles', a dit Prince un jour. Et personne n'avait un esprit aussi puissant, aussi audacieux, aussi créatif que Prince."

À New York et ailleurs aux Etats-Unis, des fêtes à la mémoire du chanteur ont été improvisées dans les rues, notamment devant le domicile du réalisateur Spike Lee.