Détroit : un concert hommage à Aretha Franklin avant le dernier adieu vendredi

Par @Culturebox
Mis à jour le 31/08/2018 à 12H01, publié le 30/08/2018 à 20H21
Un mémorial à la mémoire d'Aretha Franklin devant l'église New Bethel Baptist Church, où est exposé son cercueil. 

Un mémorial à la mémoire d'Aretha Franklin devant l'église New Bethel Baptist Church, où est exposé son cercueil. 

© Angela Weiss / AFP

Un concert gratuit en plein air honorant la vie d'Aretha Franklin est prévu jeudi soir au Chene Park Amphitheatre, à Détroit, dans le Michigan. Un événement phare des quatre jours d'hommage rendu à la "Reine de la Soul" avant ses funérailles, le vendredi 31 août.

Aretha Franklin est morte à 76 ans le 16 août dans sa ville de Détroit des suites d'un cancer, après une carrière de six décennies qui a fait d'elle l'une des artistes les plus respectées des Etats-Unis.

Un concert jeudi soir avec Dee Dee Bridgewater et Angela Davis

Plus de 40 artistes sont montés sur scène pour interpréter les plus grands morceaux de la légendaire chanteuse américaine. Detroit, la ville bien-aimée d'Aretha Franklin, est aussi celle de la fameuse compagnie de disques "Motown".  Un concert "formidable" pour Tembley Reynolds, 60 ans, venu de Saginaw, dans le Michigan: "Les gens qui ne peuvent pas être là ne savent pas ce qu'ils manquent. Tout le monde a été génial!" Les billets --gratuits-- sont partis en l'espace de quelques minutes pour ce concert en plein air au Chene Park Amphitheatre, une enceinte de 5.000 places où Aretha Franklin s'était elle-même produite.
 
The Four Tops, Dee Dee Bridgewater ou encore Angie Stone ont fait vibrer les fans aux sons de "Freeway of Love", un hymne à Detroit, et des incontournables "Say A Little Prayer" et "Respect", interprété, en guise de bouquet final, par l'ensemble des artistes. Une chorale de gospel, clin d'oeil aux débuts musicaux de la "Reine de la Soul" dans la paroisse de son père, ancien pasteur, a également célébré son immense carrière de six décennies, qui a fait d'elle l'une des artistes les plus respectées des Etats-Unis. Louis Farrakhan, le leader controversé de la Nation of Islam, était également présent.

Reine incontestée de la soul, Aretha Franklin était l'une des plus grandes voix américaines et une figure emblématique de la communauté noire, qui a marqué des générations entières d'artistes. Des milliers de fans avaient défilé dans une ambiance parfois recueillie mais souvent festive mardi et mercredi devant le cercueil doré où elle reposait au musée Charles H. Wright, dédié à l'histoire des Noirs américains. 

Environ 15.000 personnes étaient venues le 28, et davantage encore 29, a dit à l'AFP un responsable du musée. "La ville de Détroit l'adorait, c'était sa ville et je pense qu'ils sont vraiment en train de lui montrer l'amour qu'elle méritait" se réjouit Tremaine Townsend, une infirmière de 38 ans venue la voir mercredi. La dépouille d'Aretha Franklin est exposée le jeudi 30 août dans l'église New Bethel Baptist Church, où officiait son père et où elle a organisé des dîners et même enregistré un album. 
Des fans réunis à l'exterieur de l'église New Bethel Baptist Church.

Des fans réunis à l'exterieur de l'église New Bethel Baptist Church.

© Angela Weiss / AFP

Des funérailles au Greater Grace Temple et un hommage musical avec notamment Stevie Wonder

Aux obsèques vendredi 31, l'ancien président Bill Clinton et Smokey Robinson devraient, entre autres, s'exprimer. L'évènement, sur invitation seulement, doit durer six heures et sera ponctué d'hommages musicaux de la part de Stevie Wonder et Ariana Grande notamment. "Je crois que ça va être un office très gai (...), débordant de joie", a affirmé l'évêque Charles Ellis, pasteur du lieu où se tiendront les funérailles. "Je pense que ce sera un moment de tristesse, un moment de joie, un moment de rires, il y aura des danses. Ce sera entièrement à propos d'elle et de la manière dont elle nous a bénis avec sa musique gospel", a-t-il ajouté.
 
Reconnaissable entre mille, la voix d'Aretha Franklin, sensuelle et puissante, couvrant quatre octaves, a influencé de nombreuses divas américaines: de Whitney Houston à Beyoncé, en passant par Mariah Carey et Alicia Keys. Elle restera connue comme l'interprète inoubliable de "Respect", devenu l'un des hymnes des mouvements pour l'égalité pour les Noirs et les femmes dans les années 1960. Le tube, composé par Otis Redding, lui offrira en 1967 les deux premiers Grammy Awards (sur 18) de sa carrière. Née dans un Sud ségrégué à Memphis, dans le Tennessee, elle fut aussi intimement liée au mouvement des droits civiques et donna argent et conseils aux activistes américains.