Woodstock, Monterey, Ile de Wight : ces festivals mythiques qui ont ouvert la voie

Mis à jour le 08/08/2018 à 09H26, publié le 07/08/2018 à 18H06
Jimi Hendrix, Festival de l'Ile de Wight, 1970 

Jimi Hendrix, Festival de l'Ile de Wight, 1970 

© Philippe Gras / Le Pictorium /MAXPPP

Chaque été, en France et partout dans le monde, les festivals de musique en plein air battent leur plein. Petites et grandes scènes attirent stars et jeunes artistes. Mais tout cela n'existerait sans doute pas sans les mythes du genre. Entre 1967 et 1970, en pleine révolution culturelle, 3 festivals ont changé le monde de la musique : Woodstock, Monterey Pop festival et l'Ile de Wight.

Un vent de liberté plane sur l'Europe et les Etats-Unis à la fin des années 60. Des musiciens de légende ont alors marqué leur temps et les générations suivantes. Janis Joplin, The Who, Bob Dylan, The Doors et bien d'autres ont tous participé à l'un ou plusieurs des 3 plus gros festivals de musique pop de l'Histoire : Monterey Pop Festival en 1967, Woodstock en 1969, et le festival de l'Ile de Wight en 1970. 50 ans après, certaines de leurs performances, comme celle de Jimi Hendrix à Monterey, lorsqu'il mit le feu à sa guitare, sont toujours dans les mémoires. Les organisateurs des grands événements de l'été d'aujourd'hui doivent beaucoup aux pionniers du genre. 

Reportage : D. Wolfromm / A. Berthiau / J-P. Bosch / S. Lacombe

https://videos.francetv.fr/video/NI_1274591@Culture

Il n'y aura plus jamais de Woodstock ou de festival de l'Ile de Wight. La société actuelle ne permet plus autant de liberté dans un espace qui accueille des centaines de milliers de personnes. On ne peut plus permettre 4 jours de fête, de drogue, d'alcool, de sexe, de billets non-payés, de non-respects des règles de sécurité. Mais de cette période unique, il reste la musique et l'idée de rassembler les gens autour de cet art. C'est ce qui a donné l'idée à d'autres pour organiser leurs propres événements.

Festival Elixir, le pionnier français

En France, c'est le festival Elixir qui fait figure de pionnier. Créé en 1979 en Bretagne par un groupe de copains, dont Gérard Pont, aujourd'hui président des Francofolies, il est considéré comme le premier festival rock de France et a accueilli jusqu'en 1987 les grands groupes de l'époque, comme The Clash, The Cure, Simple Minds ou encore Leonard Cohen. "Il y avait un côté bordélique extrêmement sympathique qui n'est plus possible aujourd'hui", se souvient Gérard Pont. "C'était une autre époque, il y avait beaucoup de liberté dans tout, et de folie". En France, les événements de Mai 68 marquent le tournant entre le monde d'avant et la soif de liberté des plus jeunes. Une jeunesse politisée, éprise de justice, d'égalité des droits et de nouvelles aventures. Si l'histoire parait belle, elle n'a pas été sans embûches. "A l'époque, il y avait les adultes et les jeunes. Et les jeunes faisaient peur aux adultes. Pour trouver un endroit où faire un festival, il fallait se battre", rappelle Gérard Pont. "Aujourd'hui, chaque maire veut son festival, alors qu'à l'époque, aucun n'en voulait".