The lost tapes : les inédits de Can expliqués par le clavier du groupe

Par @OlivierFlandin
Mis à jour le 15/01/2013 à 17H38, publié le 15/01/2013 à 14H14
Le groupe Can à la grande époque 

Le groupe Can à la grande époque 

© Mute records

Son visage a changé mais sa passion pour la musique reste la même. Retrouver Irmin Schmidt, le clavier de Can, paisiblement installé dans le sud de la France, est une occasion rêvée de redécouvrir ce groupe mythique des années 70 dont plusieurs inédits viennent d’être réédités en CD et vinyls dans le coffret « The lost tapes » (Mute records).

https://videos.francetv.fr/video/NI_143157@Culture

Can est un groupe très régulièrement cité comme référence majeure par de grands artistes de la scène pop rock (Radiohead, Mogwai, New Order, Joy division…). Précurseur du mouvement Krautrock  en Allemagne ( avec Kraftwerk) ils ont inventé un nouveau type de rock progressif, basé sur l’improvisation et la recherche dans le son, leur travail résonne aussi avec certaines tendances de la scène électro d’aujourd’hui.
« Spoon » en version live et hallucinante de 15 minutes :
C’est Irmin Schmidt lui-même, aujourd'hui compositeur de musiques de film,  qui a fouillé dans les archives du groupe pour en tirer 3 heures de « lost tapes »  datées de 1968 à 1977, avec la complicité de sa femme, Hildegard Schmidt, ancienne manager du groupe et responsable depuis 1973 du label Spoon records .
« I want more », l’autre succès de Can l’émission Top of the Pops