Noel Gallagher et The Killers font triompher le rock à Lollapalooza

Mis à jour le 23/07/2018 à 17H22, publié le 23/07/2018 à 14H54
Noel Gallagher a attaqué son concert par de nouveaux morceaux dynamiques puis a emporté la foule avec les plus grands succès d'Oasis.

Noel Gallagher a attaqué son concert par de nouveaux morceaux dynamiques puis a emporté la foule avec les plus grands succès d'Oasis.

© Roberto Finizio / NurPhoto

Malgré une programmation qui accorde de plus en plus d'importance au hip-hop, le rock a triomphé dimanche au festival Lollapalooza Paris. Une marée humaine est venue assister au concert de Noel Gallagher puis danser frénétiquement sur les guitares de The Killers. A voir et à revoir sur Culturebox le live de The Killers.

Noel Gallagher n'a plus rien prouver. L'ancien guitariste d'Oasis et frère du chanteur Liam Gallagher a pourtant su se réinventer en live avec son groupe "Noel Gallagher's High Flying Birds", dimanche 22 juillet au festival Lollapalooza Paris.

La puissance vocale de Noel Gallagher

C'est avec une énergie renouvelée que le rockeur mancunien s'est emparé de la scène, simplement décorée d'un drapeau de Manchester City. Une sobriété qui se retrouve tant dans son jeu que dans son chant. Longtemps éclipsé par la voix si particulière de Liam, l'interprète de "Don't Look Back in Anger" possède une vraie puissance vocale qu'il a démontrée dès la première chanson, le très dynamique "Fort Knox".
Le clip vidéo de "Fort Knox" de Noel Gallagher's High Flying Birds
Le concert a réservé sa part de surprises, notamment pendant la chanson "She Taught Me How to Fly". Peut-être pour renforcer les influences new-wave des lignes de guitare et la batterie, un membre du groupe a utilisé des ciseaux en guise de percussions.

En dépit du succès des nouveaux morceaux, tirés de l'album "Who Built The Moon" (2017), les fans étaient surtout rassemblés pour entendre les succès du "Big O'". C'est dans une clameur assourdissante que Noel a enfilé la lanière de sa légendaire Gibson rouge pour interpréter "Little by Little" et "Whatever".

La foule a réellement frémis lorsque la légende de la britpop s'est muni de sa guitare acoustique et a entamé les premiers accords de "Wonderwall". Un moment de communion où des milliers de personnes ont chanté à l'unisson, jusqu'à en perdre la voix.
Le clip vidéo de "Don't Look Back In Anger" d'Oasis
Noel Gallagher a rendu hommage aux Beatles pour son dernier morceau en chantant "All You Need Is Love", laissant son animosité pour Liverpool de côté, lui le garçon de Manchester, le temps d'une déclaration d'amour au public français.

The Killers, de la sueur, du chant et des larmes

Nekfeu n'avait pas l'air de vouloir quitter la scène adjacente à celle qui allait abriter le concert tant attendu du groupe The Killers (voir notre live). Les huées du public n'y faisant rien, la troupe de Brandon Flowers a débarqué pour se livrer à une joute sonore avec le rappeur du S-Crew.

Les rockeurs de Las Vegas ont décidé à la dernière minute de commencer par leur plus grand succès, "Mr Brightside", pour recouvrir les basses de Nekfeu, irrémédiablement poussé vers la sortie.
 

Peekaboo Paris. Good one.

Une publication partagée par The Killers (@thekillers) le

En plus de proposer une performance immaculée et énergique, The Killers ont également prouvé l'étendue de leur générosité en invitant un jeune fan sur scène. Le musicien de 18 ans a eu le privilège de jouer de la batterie sur le morceau "For Reasons Unknown", recevant ainsi un accueil triomphal de la part du public. Brandon Flowers a lui même célébré sa prestation en criant "François" à plusieurs reprise, dans l'hystérie générale.
La performance des Killers sur la chanson "All These Things That I've Done" à Lollapalooza Chile
Du très sarcastique "I'm a Man", au légendaire "Somedy Told", les rockeurs du Nevada n'ont pas laissé le moindre répit à la foule. En interprétant "All These Things That I've Done" et "Mr Brightside" pour la deuxième fois, le leader du groupe a laché un nuage de confettis sur la marée humaine venue assister au concert, comme un symbole pour montrer au monde que le rock a encore de beaux jours devant lui.