Neil Young met à disposition l'ensemble de ses archives en ligne, du jamais vu !

Par @Culturebox
Mis à jour le 02/12/2017 à 19H01, publié le 02/12/2017 à 15H24
Neil Young à Toronto en 2014.

Neil Young à Toronto en 2014.

© Mark Blinch/AP/SIPA

C'est le moment d'écouter Neil Young : tout son travail, la moindre des chansons enregistrées par le rocker canadien durant son demi-siècle de carrière, est désormais accessible en ligne et gracieusement. Un trésor proposé bien entendu en qualité haute résolution, conformément au cheval de bataille bien connu du musicien sur la qualité du son.

Dix albums inédits

Le site Neil Young archives a été développé, explique Neil Young, 72 ans, dans une lettre ouverte, "pour offrir aux fans et aux historiens un accès sans précédent à toute ma musique et à mes archives dans un seul et même endroit pratique." Ces archives ne sont pas complètes, "nous ajoutons encore des détails concernant les vieux enregistrements", précise le musicien canadien. Et "chaque nouvel enregistrement et film" seront ajoutés au fur et à mesure dans ce corpus "en constante évolution". 

Les chansons, que l'on peut écouter en streaming, sont classées de façon chronologique. On y retrouve tous ses titres en solo mais aussi ses disques réalisées avec Crosby, Stills Nash and Young, avec Buffalo Springfield et avec le Crazy Horse. Elles sont accompagnées de paroles, de photos, de vidéos, d'informations sur ses enregistrements et ses tournées ainsi que de références bibliographiques.


Dans cette caverne d'Ali Baba, on trouve aussi dix albums inédits et quelques films jamais sortis. "Ce sont des projets que je n'ai pas publiés à l'époque, pour une raison ou une autre, et la plupart de ces chansons sont apparues sur d'autres albums au fil du temps", précise Neil Young.

L'accès au site sera libre jusqu'au 30 juin. Ensuite, le rockeur a indiqué qu'il fera payer une "très modique somme" pour consulter ce site qu'il a mis des années à mettre au point.

Le tout nouveau clip de Neil Young publié vendredi avec son groupe Promise of The Real

Haute qualité sonore

Le musicien canadien qui étrille depuis des années la qualité déplorable selon lui de la musique actuelle (MP3 etc) au point d'avoir lancé en 2014 un lecteur de musique et son service associé de téléchargement (Pono et PonoMusic), a bien sûr eu à coeur de proposer de la haute qualité sonore pour ses archives.

Il a travaillé pour ce faire en collaboration avec la société de Singapour OraStream et propose des fichiers sans compression, 20 fois plus lourds que le format standard MP3. Pour ses fans qui auraient de vieux ordinateurs ou une une connexion internet à faible débit, il met toutefois aussi à disposition des fichiers moins gourmands.

Neil Young dézingue Trump sur son nouvel album

Les archives remontent jusqu'au premier enregistrement de Young, "The Sultan", un single sorti en 1963 et elles se terminent (provisoirement) par son nouvel album publié vendredi, "The Visitor". Il s'agit de son second disque enregistré avec le groupe de rock Promise of the Real, formidable jeune groupe dont on avait pu apprécier la vigueur et la fraîcheur lors de son dernier concert à Bercy en juin 2016.
 
Sur cet album, Neil Young, qui vit en Californie et est toujours aussi engagé, lance pique sur pique contre le président américain. Le disque débute avec une attaque en règle contre Donald Trump dans "Already Great". Dans "Stand Tall", il fait allusion au président qui ne croit pas dans la science parce que "elle fait mentir l'argent".

Sur "Change of Heart", il s'en prend à la grande promesse du milliardaire de bâtir un mur anti-immigrants tout le long de la frontière avec le Mexique. "Cela ne vaut pas la peine d'user de la haine, même comme ciment pour construire tes murs derrière lesquels tu te caches", chante Neil Young. Il laisse encore mieux transparaître son mépris pour ce président dans "When Bad Got Good" en lançant avec force: "Enfermez le !".

Regardez son concert de vendredi

Pour l'occasion, Neil Young a donné vendredi soir un concert en solo, sans accompagnement, depuis Omemee, la petite ville rurale de l'Ontario où il a passé une partie de son enfance. Il a joué "Stand Tall", extrait de son nouvel album, ainsi que plusieurs chansons pas jouées en live depuis des lustres, dont "There's a world" (sur l'album chef d'oeuvre "Harvest"), absente de ses setlists depuis 1971. Ce concert est visible en replay sur sa page Facebook.