Muse : le trio nous parle de ses inspirations pour "Simulation Theory"

Par Laurent Hakim et Laure Narlian @Culturebox
Mis à jour le 19/11/2018 à 17H35, publié le 19/11/2018 à 13H53
Le groupe britannique Muse (de gauche à droite Christopher Wolstenholme, Matthew Bellamy et Dominic Howard) arrivent aux NRJ Music Awards à Cannes le 10 novembre 2018.

Le groupe britannique Muse (de gauche à droite Christopher Wolstenholme, Matthew Bellamy et Dominic Howard) arrivent aux NRJ Music Awards à Cannes le 10 novembre 2018.

© Valery Hache / AFP

Le groupe de rock britannique Muse est de retour dans les bacs avec "Simulation Theory". Un huitième album marqué par une évolution de style. Un changement vers plus d'électro très inspiré par la SF et l'anticipation. Des influences venues de l'enfance. Rencontre avec Matt Bellamy et Dominic Howard.

Des idées venues de l'enfance

Comment leur est venue cette idée futuriste qui marque "Simulation Theory" ? "Cette idée m'est venue quand je préparais l'album et que j'étais un peu dans la réalité virtuelle des jeux vidéos", se souvient le leader Matt Bellamy. "A ce moment-là je me suis mis à réfléchir et à associer les influences musicales de l'enfance et quelque chose de plus axé sur le futur déconnecté de la réalité, quelque chose de métamoderne."

"Sur Simulation Theory nous nous sommes penchés notamment sur notre enfance, l'influence des films qui nous ont marqués et leurs bandes originales, les films de science fiction, les films d'horreur, les BO de John Carpenter. Et on a mélangé tout ça." "Dans les albums précédents ("Drones" notamment NDLR), on se méfiait un peu de la technologie.", précise Matt Bellamy. "Avec cet album nous déclarons notre amour pour la technologie. L'album commence là où le précédent s'est arrêté, avec des histoires d'algorythmes et d'intelligence artificielle qui prend le pas sur nos métiers mais au fur et à mesure que l'album avance il devient de plus en plus positif."

La pochette est une référence directe à cet univers rétro-futuriste des années 80. Pour la réaliser, Muse a fait appel au graphiste Kyle Lambert qui a imaginé l'affiche de la série "Stranger Things", gros carton sur Netflix. L'idée était aussi de faire ressembler la pochette à une affiche de film. Une vidéo postée par Muse témoigne de ce travail.

Reportage France 3 : L.Hakim, A.Berthiau, G.Bensoussan, A.Boutet, F. Fontaine

Un album plus électronique

Cet album est aussi plus électronique que les précédents. "Peut-être qu'on penche effectivement un peu plus du côté électronique mais on a trouvé un bon équilibre", nous répond Matt Bellamy.

Il faut dire que depuis 20 ans, Muse s’est essayé à bien des styles. Avec New Born en 2001, on les comparait au groupe Radiohead. Avec Exogenesis en 2009, certains y voyaient de l’opéra-rock façon Queen. En 2015, retour aux fondamentaux avec Psycho, un rock puissant dont Muse a le secret. La pochette de l’album Simulation Theory est un mélange de références à des séries télévisées et à des films de science-fiction.

La nouvelle écriture de Muse, c’est par exemple le titre The Dark Side. Un clip futuriste qui allie le rock à de nouvelles sonorités plus expérimentales.

Clips rétro-futuristes

Les clips d'inspiration rétro-futuristes sortis pour illustrer les morceaux (il y en aura un pour chacun) sont tous liés et les fans tentent d'en déchiffrer le sens depuis des semaines. "Pressure", "Break it to me", "Something human", "The Dark Side", "Dig Down", "Thought Contagion" et "Algorithm" racontent une histoire en filigrane.

"L'un des objectifs avec ces clips c'est de donner la possibilté au public de s'échapper de la réalité et de se plonger dans quelque chose d'autre, comme dans une autre réalité", explique le batteur Dominic Howard. "La meilleure des histoires ne permet pas toujours de s'échapper complètement, il faut aussi être un peu troublé."

Quoi de neuf prévu sur scène ?

Et sur scène, qu'a prévu le trio pour sa tournée des grandes arènes qui passera notamment par deux dates au Stade de France en juillet prochain ? "Nous allons effectuer la plus grande tournée de notre carrière, les gens ne vont pas le croire, il y aura des choses jamais vues auparavant", assurait Matt Bellamy au NME le 5 novembre.

"On va montrer les choses différemment", nous promet plus sobrement le batteur. "Jusqu'à présent sur nos tournées on avait des écrans géants, de la technologie, des choses un peu prétentieuses. Là on va les rendre plus personnelles, plus humaines". Quant à la France, "pour nous qui vivons désormais à Los Angeles, c'est toujours une étape importante ici."

Muse joue "Pressure" au Tonight Show de Jimmy Fallon en novembre 2018


L'album "Simulation Theory" de Muse est sorti le 9 novembre 2018
Muse sera en concert les 5 et 6 juillet 2019 au Stade de France et le 9 Juillet au Stade Vélodrome de Marseille, le 16 juillet au Stade Matmut Atlantique A de Bordeaux